16 Mai 2019

Burkina Faso: Ismaël Danouma Traoré - « Il faut que le gouvernement prenne au sérieux l'affaire Dabo Boukary »

Les membres de l'Union générale des étudiants burkinabè (UGEB) entendent maintenir la pression jusqu'à ce que vérité et justice soient rendues à Dabo Boukary, cet étudiant de 7e année de médecine mort dans des circonstances non encore élucidées.

Ils ont réitéré cet engagement au cours d'une conférence de presse, le 15 mai 2019 à Ouagadougou.

C'était dans le cadre des activités commémoratives du 29e anniversaire de l'assassinat de Dabo Boukary, sous le thème : «29 ans après, poursuivons la lutte pour la vérité et la justice pour Dabo Boukary et pour l'amélioration de nos conditions de vie et d'études».

« Il faut que le gouvernement prenne au sérieux l'affaire Dabo Boukary. Nous avons fait le serment de ne jamais baisser les bras. De ce point de vue, qu'il soit rassuré que nous serons toujours là, déterminés jusqu'à ce que justice soit rendue dans l'affaire Dabo Boukary».

Ces propos sont du président de l'Union générale des étudiants burkinabè (UGEB), Ismaël Danouma Traoré, au cours d'une conférence de presse animée le 15 mai dernier, dans le cadre des activités commémoratives de la mort de Dabo Boukary.

De ce face-à-face avec les Hommes de médias, l'on retient que plusieurs activités seront menées les 18 et 20 mai prochains. Il s'agit, entre autres, de la finale du tournoi Dabo Boukary, d'un meeting, d'une conférence publique.

Ces activités ont pour objectif, selon Ismaël Danouma Traoré, de mettre la pression sur les autorités afin que jaillisse la lumière sur cette affaire vieille de 29 ans. Pour lui, les étudiants espéraient des avancées significatives dans le traitement de ce dossier après l'insurrection populaire des 30 et 31 octobre 2014.

Des personnes sont inculpées dans cette affaire

Malheureusement, estime-t-il, force est de constater que 29 ans après, justice n'a pas encore été rendue à la victime.

«Les étudiants espéraient que le dossier Dabo Boukary connaîtrait des avancées significatives, mais hélas ! La vérité et la justice se font toujours attendre», a déclaré Ismaël Danouma Traoré, président du comité exécutif de l'UGEB.

Pour mettre fin à tout cela, l'UGEB, par la voix de son président, invite la Justice à « une instruction sérieuse du dossier et le jugement sans complaisance des auteurs et commanditaires de l'assassinat de Dabo Boukary, qui seront un signal fort donné à l'ensemble des apprentis sorciers qui caressent le secret espoir de transformer notre pays en un vaste champ d'impunités».

Signalons que les activités commémoratives se tiendront sous la direction de l'UGEB et de l'Association nationale des étudiants du Burkina (ANEB). En rappel, des personnes sont inculpées dans cette affaire.

Il s'agit du général Gilbert Diendéré et de Mamadou Bamba respectivement responsables du Conseil de l'entente et du Bureau du comité révolutionnaire de l'université de Ouagadougou (BCRUO) au moment des faits. Mais avant des auditions, une supposée tombe de Dabo Boukary a été indiquée à sa famille, le 21 février 2017.

Burkina Faso

Le procureur requiert la prison à vie pour Diendéré et Bassolé

Au Burkina Faso, le procureur militaire a requis la prison à vie pour les généraux Gilbert… Plus »

Copyright © 2019 Le Pays. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.