16 Mai 2019

Seychelles: Les premiers permis pour l'aquaculture aux Seychelles seront délivrés en août

Cinq types d'espèces marines devraient être élevés aux Seychelles pour la première fois avec la délivrance d'un permis à partir du mois d'août de cette année.

Selon un haut responsable de l'Autorité de la pêche des Seychelles (SFA), ce processus lancera officiellement l'aquaculture en tant qu'industrie dans la nation insulaire.

Le responsable de l'aquaculture à la SFA a récemment déclaré à la SNA que tout était en ordre maintenant que le conseil des ministres avait approuvé les régulations sur l'aquaculture.

«L'étape suivante consiste à envoyer le même document au procureur général pour vérification afin de s'assurer que tout est en ordre et que ces réglementations ne sont pas en conflit avec d'autres », a expliqué Aubrey Lesperance.

Au début de ce nouveau projet, seuls les investisseurs seychellois seront considérés pour les licences. «Nous allons délivrer un permis pour chaque espèce. Et ce sera pour les poissons comme le vivaneau rouge et le mérou, deux sous-espèces de carangues ainsi que des oursins ", a déclaré M. Lesperance.

Selon M. Lesperance, la réglementation était cruciale pour l'aquaculture, car cela se ferait sur une base commerciale.

«Nous sommes maintenant dans une meilleure position pour participer à différents marchés aux niveaux local et international afin de promouvoir activement les investissements alors qu'avant, nous ne pouvions faire que de l'éducation et promouvoir le projet», a déclaré M. Lesperance.

Le terme large «aquaculture» désigne l'élevage, la production et la récolte d'animaux et de plantes dans tous les types de milieux aquatiques, y compris les étangs, les rivières, les lacs et les océans.

En août, SFA mettra également en service ses installations de production de géniteurs, d'acclimatation et de quarantaine à Providence, une zone industrielle située à l'est de l'île principale de Mahe.

L'installation, conçue conformément aux normes internationales en matière de pratiques optimales, est située à proximité du bâtiment de l'Autorité de la pêche des Seychelles.

Il s'agit de veiller à ce que les animaux reproducteurs matures, connus sous le nom de géniteurs, soient bien soignés, puissent s'adapter aux conditions de vie en captivité, fraient et produisent un grand nombre d'œufs de haute qualité, moins de problèmes de maladie et une plus grande longévité.

Selon la SFA, chaque licence stipulera la distance au large où le type d'activité se produira ainsi que la quantité de poisson pouvant être produite dans cette ferme.

«Au fur et à mesure que le secteur se développera, nous explorerons l'année prochaine l'élevage d'autres espèces telles que le crabe de boue, les poissons d'ornement pour aquarium, et nous expérimenterons la culture de coraux car certaines ONG (organisations non gouvernementales) participent déjà à la replantation de coraux dit M. Lesperance.

La SFA a déclaré qu'une fois que les catégories ouvertes aux seuls Seychellois seraient pleinement opérationnelles, l'aquaculture s'ouvrira aux investisseurs étrangers.

«Le gouvernement est en faveur des investissements privés et étrangers directs dans l'aquaculture. Avec le moratoire actuel sur le développement des grands établissements de tourisme, nous espérons que les investissements étrangers dans l'aquaculture augmenteront les revenus étrangers pour le pays », a ajouté M. Lesperance.

Seychelles

La capitale des Seychelles renouvelle ses relations de jumelage avec Meizhou, Chine

La capitale des Seychelles, Victoria, envisage de remettre à jour un accord de jumelage avec la ville de Meizhou… Plus »

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

A La Une: Seychelles

Plus de: Seychelles News Agency

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.