Sénégal: Crise interne au Ps - Des strapontins divisent les socialistes

Depuis la formation de l'attelage gouvernemental qui a démarré le quinquennat de "Macky II", ayant consacré la reconduction des ministres socialistes Aminata Mbengue Ndiaye et Serigne Mbaye Thiam, rien ne va plus au Parti socialiste (Ps).

Les différentes sorties des protagonistes, qui se crêpent le chignon par presses interposées, met à nu, à suffisance un malaise causé par des postes qui leur ont été octroyés par le président Macky Sall, leur allié dans Benno Bokk Yakaar (BBY).

Ce qui semble dévier le parti du président Feu Léopold Sédar Senghor de l'objectif premier d'un parti : la reconquête du pouvoir.

Doit-on donner raison à l'ex député-maire de la ville Dakar, Khalifa Sall et ses camarades «frondeurs» qui avaient jugé obligatoire pour le Parti socialiste (Ps) de mettre un terme à son compagnonnage dans Benno Bokk Yakaar (Bby) au risque de disparaitre ?

Le moins que l'on puisse dire, c'est que les «Khalifistes», au-delà de la contrepartie qui leur paraissait «maigre», deux postes ministériels, avaient estimé que la vocation du PS a toujours été la conquête et la conservation du pouvoir.

Aujourd'hui, l'histoire semble vouloir donner raisons à ces derniers, au vu des tiraillements notés au sein dudit parti, perdant de vu les missions d'un parti politique.

La raison : les postes mis à leur disposition par leur allié de président, Macky Sall, à savoir celui de l'Assainissement et de l'Eau confié à Serigne Mbaye Thiam, anciennement Ministre de l'Education nationale et celui de la Pêche et de l'Économie Maritime donné à Aminata Mbengue Ndiaye, l'ex-ministre de l'élevage.

En effet, un "Front pour la défense et la justice au Ps" a été porté sous des fonts baptismaux par un groupe de «frondeurs», composé «des responsables membres des instances de base et de direction du Ps», indique une note parvenue à la Rédaction de Sud Quotidien.

Le but visé par cette structure, selon un communiqué rendu public par Abdoulaye Gallo Diao, membre du Bureau du PS, c'est de lutter contre «la confiscation de l'intérêt général».

Pour y arriver, ces derniers envisagent de mener une tournée à travers le pays pour «la convocation dans les plus brefs délais, du Comité Central, en vertu de l'article 28 des statuts de notre Parti».

Seul organe, selon eux, à même de statuer et de réglementer le parti. Par conséquent, prenant le contre-pied du ministre Serigne Mbaye Thiam qui dit avoir été reconduit dans le gouvernement sur décision du Secrétariat exécutif national (Sen), les «rebelles» trouvent «illégal et illégitime» le Sen convoqué par ces derniers le samedi 11 mai dernier, à la Maison du Ps, non sans accuser les deux ministres socialistes reconduits de «conspirateurs» et de «comploteurs».

L'ABSENCE DE TURNOVER AU SEIN DU PS DENONCEE

Avant eux, la démission du désormais ex-porte-parole adjoint du PS, Me Moussa Bocar Thiam avait été interprétée comme une protestation contre le statisme noté dans le parti.

Certains avaient estimé que la raison de sa démission n'est rien d'autre que la reconduction des Ministres Serigne Mbaye Thiam et Aminata Mbengue dans le gouvernement, au moment où certains responsables s'attendaient à un «turnover».

Mais, dans le quotidien Rewmi, le mis en cause avance tout d'abord la raison de la «non attractivité» du parti avant de parler de l'invariabilité à la tête du parti.

Il avait déploré le fait que le PS «comme étant un parti qui est dirigé par les mêmes têtes, depuis 196 ». Et d'ajouter : «il est temps quand même de faire éclore les compétences qui sont à l'intérieur du parti».

En réponse aux «socialistes» frondeurs, un "Collectif pour la sauvegarde de l'héritage socialiste" a été mis sur pied au sein des "Verts" de Colobane.

Cette entité, considérée comme pro-Tanor Dieng, Secrétaire général du Ps, «fustige et dénonce l'attitude des frondeurs amenés par le Pr Gorgui Ciss dont la démarche est systématiquement appuyée par Abdoulaye Wilane porte-parole du parti», lit-on dans le communiqué produit par ces derniers, le mardi 14 mai dernier.

Ils accusent leurs camarades de privilégier «des intérêts particuliers». Ce qui n'arrangerait rien, selon eux, la situation qui prévaut dans le parti.

Ils ont, par conséquent, appelé «à la retenue et au sens de la responsabilité afin que soient préservés l'intérêt du Ps, le legs octogénaire et les valeurs qui le sous-tendent».

Des positions divergentes qui montrent le malaise qui semble prendre des proportions inquiétantes au sein dudit parti, qui a réitéré son ancrage dans Bby.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: Sud Quotidien

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.