Sénégal: Le Forum civil interpelle l'assemblée nationale

Dans le projet de loi de finances 2019, le budget de la Primature a été arrêté à la somme de 48.300.676.295 F CFA contre 48.117.273.980 f CFA en 2018. Maintenant que le poste de premier ministre a été supprimé, se pose alors entre autres questions relatives au budget, à savoir le taux d'exécution avant la suppression du poste de Premier ministre, la réorientation, le contrôle et le suivi du budget par l'assemblée nationale.

Autant d'interrogations qui poussent Abdoul Aziz Diop, coordonnateur national adjoint du Forum civil à interpeller l'Assemblée nationale.

«Aujourd'hui l'Assemblée nationale à fort à faire en faisant le point du taux d'exécution du budget avant la suppression du poste de premier ministre, le mode opératoire de la réallocation des structures jadis rattachées à la primature comme le Programme d'urgence de développement communautaire (Pudc) et autres services rattachés par une loi de finance rectificative en juin ou septembre ou alors des virements et enfin le contrôle et le suivi parlementaire».

En mettant à exécution sa décision supprimant de facto le poste de Premier ministre, «le président de la République a fait bon usage de l'article 103 de la constitution».

Toutefois, «ce même article par voie parlementaire pourrait faire valoir de droit pour introduire une autre loi portant projet de révision constitutionnelle, en créant le poste de vice-président», prévient Abdoul Aziz Diop.

Non moins important, le coordonnateur national adjoint a décrié une hyper-personnalisation du pouvoir présidentiel surtout avec la concentration des pouvoirs entre les mains du chef de l'Etat.

En tout état de cause, une voix autorisée de la majorité présidentielle, en l'occurrence Ndèye Fatou Diouf, députée de Hann/ Bel-Air applaudit et soutient: «Cette loi va contribuer à une économie forte tournant autour de 193 milliards».

Vers où ira ladite manne financière? Une loi de finances rectificative nous en dira un peu plus, certainement. Quid alors du personnel de la Primature?

Ne connaitra-t-il pas le même sort que celui des ex-agents des agences dissoutes par le chef de l'Etat, Macky Sall, dès son accession à la magistrature suprême?

Autant de questions restées pour le moment en suspens. Les jours à venir nous en diront un peu plus sur cette nouvelle orientation du gouvernement en mode Fast-track.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

A La Une: Sénégal

Plus de: Sud Quotidien

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.