Sénégal: L'adoption du projet du Code de l'enfant, "temps fort dans la promotion" des droits de l'homme

Saly-Portudal (Mbour) — L'adoption du projet du Code de l'enfant a constitué "un temps fort dans la promotion des droits de l'homme au Sénégal", a affirmé jeudi le secrétaire d'Etat à la Promotion des droits humains et à la Bonne gouvernance, Mamadou Saliou Sow.

"L'adoption du projet du Code de l'enfant aura marqué un temps fort dans la promotion des droits de l'homme au Sénégal, puisqu'elle va renforcer la confiance de la communauté internationale qui vient de porter notre pays à la tête du Conseil des droits de l'homme des Nations unies", a notamment dit M. Sow.

Il s'exprimait à Saly-Portudal (Mbour, ouest) où il ouvrait officiellement les travaux d'un atelier de partage, avec les membres de la Commission des lois de l'Assemblée nationale.

D'une durée de deux jours, la rencontre est axée sur le projet de loi portant sur le Code de l'enfant.

Selon Mamadou Saliou Sow, cet atelier s'inscrit dans une perspective de renforcement de la protection des droits de l'enfant dans le cadre du projet d'appui à l'éradication de la mendicité et de la maltraitance des enfants au Sénégal (PAEM).

Il a exhorté les parlementaires à porter le plaidoyer de l'adoption du projet de Code de l'enfant, rappelant que la Constitution du Sénégal affirme dans son préambule son adhésion aux droits humains et aux instruments des Nations unies et de l'Union africaine, notamment la Convention relative aux droits de l'enfant et la Charte africaine des droits et du bien-être de l'enfant.

M. Sow a ensuite fait part de sa disponibilité à appuyer la "délicate mission" de préparation, d'élaboration et d'adoption des lois portant sur les droits de l'homme ou la promotion de la bonne gouvernance, mais également le suivi de leur mise en œuvre.

"Le choix du projet d'appui à l'éradication de la mendicité et de la maltraitance des enfants d'associer le Parlement dans le plaidoyer pour l'adoption du projet du code de l'enfant n'est pas fortuit.

Il met en évidence le rôle pionnier de l'Assemblée nationale dans le combat législatif de conformité aux standards internationaux auxquels notre pays a volontairement souscrit", a encore dit M. Sow.

Il estime qu'il est "plus que nécessaire" de disposer d'un code de l'enfant en tant que document de référence ou corpus juridique unique regroupant l'essentiel des normes protectrices de cette catégorie de personne vulnérable.

"La volonté de l'Etat d'asseoir un environnement favorable au bien-être de l'enfant se traduit par l'adoption d'un cadre juridique garantissant aux enfants la protection de leurs droits", a fait valoir le secrétaire d'Etat à la promotion des droits humains et à la bonne gouvernance.

A l'en croire, cet atelier de partage contribue à promouvoir la mise en place d'un cadre légal de protection de l'enfance, conformément à la volonté politique du président de la République, Macky Sall.

"Il est évident que l'éparpillement de toutes les dispositions relatives à la protection de l'enfant ne facilite pas leur meilleure appropriation par les acteurs et leur application efficiente", a-t-il conclu.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

A La Une: Sénégal

Plus de: APS

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.