17 Mai 2019

Congo-Kinshasa: Jo M. Sekimonyo - « De 1997 à 2O19, les aspirations des Congolais restent toujours insatisfaites et périmées sur le plan sociopolitique »

A l'occasion de la Journée consacrée aux Forces armées de la République démocratique du Congo (FARDC), le Prof. Jojo M. Sekimonyo dresse un bilan « passif » sur le rôle que jouent actuellement les éléments des FARDC de 1997 à 2019. Alors que l'entrée triomphale de l'AFDL suscitait beaucoup d'espoir pour les Congolais, parce qu'elle mettait fin aux 32 ans de règne dictatorial de Mobutu.

Pour Jojo M. Sekimonyo, la révolution de l'ADFL doit être placée dans le contexte d'une période où un régime en place a été secoué par des événements bien plus considérables.

Malheureusement, la réjouissance des Congolais fut de courte durée, car ce mouvement qui se présentait en libérateur du peuple congolais s'avère en réalité être son bourreau.

« De 1997 à 2O19, les aspirations des Congolais restent toujours insatisfaites et périmées sur le plan sociopolitique », regrette Jo M. Sekimonyo.

Ce dernier estime que même avec les soubassements tribaux, les aspirations qui ont été formulées dans l'ambiguïté il y a vingt-deux ans, doivent restent une actualité en Afrique, particulièrement en République démocratique du Congo.

A l'occasion de ladite journée, l'armée congolaise annonce que le gouvernement va procéder à la paie des allocations de fin de carrière des militaires qui avaient été admis à la retraite en 2003.

« Depuis plus d'une vingtaine d'années, les éléments des FARDC avaient été admis à la retraite en 2003 et qui attendaient leurs allocations de fin de carrière vont être payés.

Mais un échantillon, ouvrant ainsi la voie à tous ceux qui avaient été admis à la retraite », a affirmé le porte-parole des FARDC, le général Kasonga.

En fait, les Congolais célébreront désormais chaque 17 mai « la révolution et FARDC », renseigne un communiqué du ministre du Travail, de l'Emploi et de la Prévoyance sociale, Lambert Matuku. Cela en vue d'honorer les militaires congolais pour avoir renversé le dictatoriale de l'ex-président Mubutu.

Par ailleurs, une cérémonie de dépôt des gerbes de fleurs aura lieu au mémorial du soldat congolais à la place Forescom à Kinshasa.

Parmi les activités retenues figure aussi le dépistage volontaire du cancer du sein et du col de l'utérus au camp Lieutenant-colonel Kokolo, à l'intention du personnel féminin de l'armée et de la Police nationale congolaise (PNC).

Le 17 mai 1997, les soldats de l'AFDL communément faisaient leur entrée triomphale à Kinshasa après sept mois de guerre partie de l'est de la RDC.

Cet événement mettait ainsi fin à 32 ans de règne du Maréchal Mobutu. Laurent-Désiré Kabila devenait alors président de la République. Il sera assassiné le 16 janvier 2001 dans son bureau à Kinshasa, rappelle-t-on.

Congo-Kinshasa

Trois agents de l'État inculpés pour le meurtre des deux experts de l'ONU

Le parquet militaire a inculpé ce week-end trois agents de l'État pour le meurtre des deux experts de… Plus »

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Copyright © 2019 Le Potentiel. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.