Cameroun: Paul Biya - De la prééminence de l'Etat

Dans sa publication d'hier sur les réseaux sociaux, le chef de l'Etat a rappelé ce principe fondamental.

Quatre phrases et quatre thèmes majeurs, au centre de toutes les préoccupations. « L'Etat est une réalité permanente au-dessus des intérêts individuels et régionaux.

L'Etat est garant de la paix. Et la paix est ce qu'il y a de plus cher. Le Cameroun est notre pays à tous. »C'est la publication faite hier par le président Paul Biya.

En effet, qui mieux que Paul Biya, chef de l'Etat, homme d'État dont l'expérience dans la gestion des affaires publiques est avérée, pour nous rappeler que l'État est permanent ?

Que cette entité est au-dessus de nos égoïsmes personnels et com munautaires ? Le président de la République le redit donc, en indiquant certainement que l'État passe avant tout ; que le servir est un glorieux devoir auquel il faut s'attacher.

Avec dévouement, mais surtout avec détachement. Dans sa deuxième phrase, le président de la République rappelle l'un des devoirs impérieux de l'État. Celui de garantir la paix et la stabilité.

Cette obligation, on la comprend mieux lorsqu'on fait appel au philosophe Max Weber qui a définit l'Etat comme étant « une communauté humaine qui revendique le monopole de l'usage légitime de la force physique sur un territoire donné ».

Pour garantir la paix, l'État doit donc tout faire. Il doit utiliser tous les moyens en sa possession. Car, comme le souligne fort opportunément le président Paul Biya dans son tweet, la paix est ce qu'il y a de plus cher. Autrement dit, il faut tout faire pour la préserver.

« Le Cameroun est notre pays à tous », conclut Paul Biya. Grand, petit, riche, pauvre, francophone ou anglophone, chacun de nous doit se sentir impliqué et interpellé, à chaque fois qu'il s'agit du Cameroun.

Ce patriotisme qui doit être « la chose la mieux partagée », ne devrait avoir d'égal que la conviction et la détermination de tous à se battre pour le Cameroun.

Cette « chère partie et terre chérie » léguée par nos aïeux comme héritage commun. Le chef de l'État nous invite à en être fiers et jaloux. Surtout heureux d'appartenir à un pays si riche.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: Cameroon Tribune

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.