Sénégal: Mise en place d'une commission cellulaire et désignation d'une personnalité indépendante pour piloter le dialogue politique - L'opposition obtient gain de cause

Le représentant de la majorité présidentielle aux concertations sur le dialogue politique à annoncé hier, jeudi 16 mai, que le régime en place est dans les dispositions à aller dans le sens du format du dialogue exigé par les partis d'opposition membres du Front de résistance nationale (Frn) qui ont boycotté cette rencontre.

S'exprimant à la sortie de la deuxième journée de ces concertations avec des représentants de la société civile et de l'administration, Cheikh Sarr, porte-parole du pôle de la majorité a exprimé la disposition du régime en place à désigner non seulement une personnalité neutre mais aussi à mettre en place une commission cellulaire pour piloter ce processus de dialogue.

Les nuages qui faisaient planer le doute sur la participation de l'opposition regroupée au sein du Front de résistance nationale (Frn) à la table des concertations sur le processus électoral convoquées dans le cadre du dialogue national appelé par le chef de l'Etat, le 28 mai prochain, sont sur le pont d'être dissipés.

En effet, à la suite de la décision des responsables de ce front de l'opposition de suspendre leur participation à ces pourparlers sur le processus jusqu'à la mise sur pied d'une commission cellulaire dirigée par une personnalité neutre et l'engagement du chef de l'Etat à appliquer toutes les conclusions qui en sortiront, la majorité s'est montrée favorable à cette requête de l'opposition.

S'exprimant hier, jeudi 16 mai, au terme de la deuxième journée de ces concertations tenue dans la salle de conférence de la Direction générale des élections, en présence des représentants de la société civile et des partis politiques non alignés mais en l'absence du Frn, le plénipotentiaire de la majorité a exprimé la disponibilité de son pôle à aller dans le sens de cette demande de l'opposition.

«Depuis hier (ndlr-mercredi) déjà, ils (membres du Frn) ont fait un communiqué pour dire qu'ils n'allaient pas être là mais qu'ils ne fermaient pas la porte. Ils ont adressé une correspondance au ministère de l'Intérieur pour réclamer une personnalité indépendante qui devrait diriger les travaux. Mais nous avons réglé le problème aujourd'hui parce qu'au niveau de la majorité, nous sommes d'accord à la proposition de l'opposition de choisir une personnalité indépendante et s'ils veulent même avec des assistantes qui viendraient enfin appuyer dans la direction des travaux tout en sachant également que ce sont les acteurs politiques et la société civile qui fixeront les termes et les thèmes de discussions mais aussi que les conclusions qui vont sortir engageront tout le monde», a déclaré Cheikh Sarr, porte-parole du pôle de la majorité.

Prenant la parole à son tour, Déthié Faye, Coordonnateur du pôle des non-alignés, tout en confirmant les propos du plénipotentiaire de la majorité a plaidé pour un audit complet du processus électoral, y compris le fichier. «Le consensus a été trouvé avec la majorité présidentielle sur la mise en place d'une commission qui sera dirigée par une personnalité neutre et indépendante. Celle-ci sera assistée par deux autres personnalités indépendantes pour conduire les travaux et permettre de restaurer un peu la confiance entre les acteurs politiques. Il faut donc se féliciter de cet accord qui est un aspect positif parce qu'on ne peut pas consolider la démocratie en faisant l'économie de la concertation et les questions politiques. Il faut que tous les acteurs politiques acceptent de se mettre autour d'une table pour discuter», a-t-il martelé.

Avant d'ajouter : «La question fondamentale aujourd'hui, c'est le processus électoral qui va de la phase d'enrôlement autrement dit là où le citoyen vient pour avoir sa carte d'identité jusqu'à la proclamation des résultats. Tout ce processus, il faut qu'il soit revisité parce qu'il est possible de faire beaucoup de manœuvres et de fraudes à certains niveaux. Une fois que ce processus est audité, alors nous sommes sûrs que nous pourrons aller à des élections apaisées, transparentes dont les résultats seront acceptés par tout le monde».

Venu représenter les organisations de la société, Valdiodio Ndiaye est lui aussi allé dans le même sens en témoignant de l'ouverture d'esprit de la majorité qui a accepté le format de dialogue proposé par l'opposition. «Nous sommes dans une bonne dynamique puisque le régime a exprimé sa disposition à aller dans le sens de cette demande de l'opposition. A ce jour, il reste la question des engagements qui, nous l'espérons, nous au niveau de la société civile, sera réglée très bientôt et nous pensons que toutes les parties répondront présentes lors de la prochaine rencontre», a-t-il estimé.

MOCTAR SOURANG, COORDONNATEUR DU FRN SUR LA COMPOSITION DE LA COMMISSION : «Nous attendons de fortes personnalités capables... de faire avancer les choses»

Nous pensons que c'est une excellente chose que l'Etat comprenne enfin que les gens du pouvoir d'aujourd'hui pourront se retrouver demain dans l'opposition. Mais, nous attendons la réponse officielle du ministre de l'Intérieur et dès que nous aurons cette réponse, on devra voir les profils des membres de cette équipe.

Nous allons donc engager des discussions pour s'accorder sur un nombre de personnes à choisir. Celles-ci doivent être des personnalités indépendantes, d'une probité morale et intellectuelle irréprochable. Nous attendons vraiment de fortes personnalités capables de dire oui ou non quand il le faut, afin de faire avancer les choses. Nous ne voulons pas d'un comité qui va squatter les bureaux du ministère de l'Intérieur, mais d'une commission qui puisse être indépendante, qui a ses propres moyens.

Le Sénégal était très loin devant beaucoup de pays africains en termes de démocratie, donc ce qui s'est passé lors des dernières élections ne doit plus se passer dans notre pays. Car, le peuple sénégalais s'est tellement sacrifié pour aboutir à un certain nombre d'acquis. Nous estimons que nous ne devons pas revenir en arrière. On doit avancer en s'occupant des questions de développement.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

A La Une: Sénégal

Plus de: Sud Quotidien

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.