Togo: On s'inscrit sur les listes électorales

Les opérations de révisions des listes électorales se poursuivent jusqu'à demain samedi, avant le scrutin local du 30 juin prochain.

Les opérations de révisions des listes électorales ont débuté ce jeudi 16 mai au Togo. Les habitants ont trois jours, jusqu'à ce samedi 18 mai, pour s'inscrire sur les listes électorales, en vue des élections locales du 30 juin prochain. Beaucoup de Togolais ne s'étaient pas inscrits sur les listes l'année dernière, avant les élections législatives. Ils avaient ainsi répondu massivement à l'appel au boycott lancé par l'opposition.

Problèmes techniques

Ce jeudi, les opérations d'enregistrement ont commencé timidement au centre du CEG Bè Plage à Lomé. La matinée a été marquée par une panne des machines servant à l'opération. Les populations de cette zone, considérée comme un fief de l'opposition, ne cachent pas leur impatience et leur colère. "Vraiment nous sommes fatigués. Depuis 7 heures, moi je suis ici. Il n y a pas grande affluence. On ne comprend rien", s'énerve un électeur. "Les appareils ne fonctionnent pas. Le technicien nous dit qu'il fait appel... à qui ? Moi je ne sais pas, mai ça n'arrive jamais. Nous sommes ici, ça traine. Et ça fait mal." Certains vont jusqu'à se demander si les pannes ne sont pas provoquées sciemment ...

18 ans en juin ? Inscrivez-vous !

À une centaine de kilomètres de là, tout se passe pourtant bien. Dans la localité de Gboto, les agents recenseurs sont en place et les machines fonctionnent bien. La situation est la même à l'école primaire publique de Sikpé Afidegnon.L'unique machine dédié à ce centre, alimentée par un groupe électrogène, est en marche et permet d'enregistrer les futurs électeurs. Mais l'affluence est faible. "Je suis venue faire ma carte électorale", raconteAkouvi Lagniblé , une habitante du village. "C'est rapide. C'est très bon. Ça va nous aider. Si quelqu'un ne vote pas, ce n'est pas bien."

"Ici, tout se passe bien", confirme Yao Danakaya, opérateur de saisie. "Le seul problème que nous avons sur le terrain, c'est parfois qu'on a des noms complexes qui nous prennent du temps. Mais quand le nom est simple, c'est rapide." Il rappelle l'importance de cette opération d'enregistrement. "Ca c'est la révision du fichier électoral. Donc nous avons besoin des gens qui ne se sont pas fait enrober en 2018. Les nouveaux majeurs et ceux qui auront 18 ans le 30 juin le jour de l'élection."

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: Deutsche Welle

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.