Cameroun: Extrême-Nord - Quand les militaires tiennent la craie

Dans le cadre des actions civilo-militaires, l'appui des hommes en uniformes est très apprécié dans bon nombre d'établissements scolaires des zones d'insécurité.

Au départ, il y avait une réticence de la part des responsables locaux de l'Unicef qui voyaient mal le fait qu'un militaire dépose son arme pour dispenser le savoir aux enfants. Des divergences de perception qui ont été vite évacuées. Dans les zones frontalières du Nigeria, qui ont subi les incursions répétées des terroristes des Boko Haram, bon nombre d'écoles ont été fermées, laissant les élèves en pâture. Les parents qui avaient les possibilités ont envoyé leurs progénitures poursuivre les études dans les localités plus sécurisées.

Les enseignants qui, pour ainsi dire étaient en congé technique, faute d'élèves sous la main sont partis. Les convocations des autorités n'ont pas ému plusieurs d'entre eux et leurs cas sont pendants au conseil de discipline administrative.

A la faveur du retour progressif des populations déplacées, bon nombre d'écoles ont été rouvertes. Au bout du compte, on retrouve un enseignant en train de dispenser les cours dans plusieurs classes. Cette situation n'a pas laissé l'armée indifférente. Elle qui, pour un temps, a mis à la disposition de l'Education de base, des militaires afin de prêter main forte à la communauté éducative.

Un tour effectué dans l'arrondissement de Mayo-Moskota département du Mayo-Tsanaga, précisément à l'école publique de Golvadi, à l'école publique de Talakatchi et à l'école publique de Dzamadjaf nous a permis d'apprécier l'ardeur des militaires en train de dispenser le savoir aux élèves qui n'ont pas d'enseignants. A l'école publique de Goldavi, un établissement scolaire à cycle complet, ce sont des militaires qui prêtent main forte aux deux enseignants de service.

Dans la classe de cours élémentaire deuxième année, c'est un sergent de l'armée camerounaise que nous avons surpris en train de dispenser le cours de civisme et de citoyenneté ; le militaire expliquait les notions de dialogue, d'entente, du vivre-ensemble, d'entraide, bref il apprenait aux élèves les vertus d'appartenir à une nation et de la recherche de la paix.

Dans une classe attenante, c'est un cours d'anglais portant sur le dialogue entre deux personnes qui est dispensé. Un cours que les élèves suivent avec la plus grande attention. Autant que les militaires ont le cœur à l'ouvrage, autant on perçoit l'engouement des apprenants. Une atmosphère bon enfant qu'on voudrait bien vivre dans les écoles tout au long de l'année scolaire.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: Cameroon Tribune

à lire

AllAfrica publie environ 600 articles par jour provenant de plus de 150 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.