Maroc: Les recettes douanières franchissent la barre des 100 MMDH en 2018

Hausse du nombre des déclarations uniques de marchandises

Les recettes douanières ont réalisé, en 2018, une progression de 6,4% par rapport à l'exercice précédent pour franchir le cap des 100 milliards de dirhams (MMDH), selon l'Administration des douanes et impôts indirects (ADII).

Cette performance est due principalement à une évolution remarquable des importations, indique l'ADII dans son rapport d'activité de 2018, faisant également savoir que les recettes douanières budgétaires ont enregistré la même progression pour s'établir à 94,5 MMDH.

De même, tous les droits et taxes recouvrés par l'ADII ont enregistré une évolution positive, note la même source, soulignant que la répartition de ces recettes budgétaires par rubrique met en évidence la contribution prédominante de la Taxe sur la valeur ajoutée (TVA) avec une part de 58%, suivie de la Taxe intérieure de consommation (30%), des droits d'importation (10%) et de la redevance gazoduc (2%).

Le rapport fait ainsi ressortir que les recettes au titre des droits d'importation ont augmenté de 10,8%, à la faveur de la hausse de 8% des importations sous le régime de la mise à la consommation, ajoutant que les droits d'importation hors blé ont évolué de 12,3%.

De leur côté, les recettes de la TVA se sont élevées à 54,6 MMDH en 2018, en croissance de 6,3%, relève l'ADII, expliquant ce résultat par la performance enregistrée par les deux rubriques de cette taxe (TVA sur les produits énergétiques et TVA sur les autres produits).

Par ailleurs, le rapport indique que les recettes de la Taxe intérieure de consommation (TIC) ont enregistré une évolution de 3%, attribuée principalement à la bonne performance de la TIC sur les tabacs manufacturés qui a progressé de 900 millions de dirhams (MDH) en raison de l'accroissement de 21,5% du nombre de cigarettes déclarées.

Les recettes encaissées au titre des redevances gazoduc se sont, pour leur part, établies à 1,5 MMDH, en hausse de 51% par rapport à l'exercice écoulé, suite à l'augmentation de 21,7% des prix, conjuguée à une évolution de 19,5% du volume du gaz naturel en transit.

En outre, l'ADII précise que les recettes douanières budgétaires ont contribué, à hauteur de 39%, aux recettes fiscales et que le taux de pression fiscale sur les importations est resté stable au cours de la période 2013-2018.

Par ailleurs, le nombre des déclarations uniques de marchandises (DUM) a atteint un total de 1.070.874 au titre de l'année 2018 en hausse de 6% par rapport à 2017, selon l'Administration des douanes et impôts indirects (ADII).

Cette performance est attribuée à l'augmentation des déclarations d'importation qui contribuent à hauteur de 72% du total des déclarations enregistrées, précise l'ADII dans son rapport d'activité 2018, notant qu'à l'export, un accroissement de 7% a été comptabilisé par rapport à 2017.

Par direction régionale, 37% des DUM ont été souscrites au niveau de la direction régionale de Casablanca-Settat, suivie des directions des douanes du port de Tanger Med (22%) et du port de Casablanca (19%), souligne le rapport qui fait également ressortir que les déclarations en douane enregistrées dans les magasins et aires de dédouanement (MEAD) ont atteint 385.235 pour représenter 36% du total des déclarations.

Le flux des marchandises dans ces aires de dédouanement s'est accéléré entre 2013 et 2018, réalisant une progression de 32%, fait savoir le rapport, notant que le nombre des MEAD est passé à 78 en 2018 grâce à la création de trois nouveaux magasins.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: Libération

à lire

AllAfrica publie environ 600 articles par jour provenant de plus de 150 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.