Tunisie: Yusuf Badi Ali, ancien haut gradé du régime de Siad Barre, jugé aux États-Unis

Également connu sous le nom de Colonel Tukeh, il est notamment accusé d'avoir torturé et tenté d'enterrer vivant un de ses compatriotes pendant la guerre civile en 1988.

Yusuf Abdi Ali, qui réside aux États-Unis, travaillait comme chauffeur pour Uber et était bien noté. Jusqu'à ce que la chaîne de télévision CNN évoque les faits qui lui sont reprochés. Ses reporters n'ont eu aucun mal à commander une course sur l'application et à poser quelques questions au chauffeur sur le processus d'embauche. « Ils vérifient juste votre passé, c'est très facile » leur a-t-il répondu.

Yusuf Abdi Ali n'a jamais été condamné aux États-Unis, mais une simple recherche sur internet aurait suffi à l'entreprise pour réaliser la gravité des faits qui lui sont reprochés. Il a d'ailleurs été expulsé du Canada après un documentaire consacré à ses crimes.

Il est accusé d'avoir orchestré des massacres de masse, d'avoir torturé un homme de ses propres mains et d'avoir ensuite ordonné qu'on l'enterre vivant. Ce dernier n'a échappé à la mort que grâce à un pot-de-vin versé à ceux qui étaient censés l'inhumer.

Il est venu aux États-Unis pour témoigner contre son tortionnaire, dans un procès qui s'est ouvert au civil faute de juridiction compétente pour juger les crimes de guerre perpétrés à l'étranger.

Yusuf Abdi Ali nie les faits, évoque une vengeance de clan. Mais depuis l'enquête de CNN il a été licencié par Uber et ne pourra plus exercer comme chauffeur.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: RFI

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.