Mali: Les enfants intensément touchés par le conflit armé

Le Mali fait partie des dix premiers pays au monde où les conflits causent le plus de tort aux enfants. C'est la conclusion qui ressort de la campagne « Non à la guerre contre les enfants » qui a débuté jeudi et s'est poursuivie vendredi 17 mai avec notamment un lâcher de colombes à Bamako. À l'occasion du lancement de cette campagne, la branche malienne de l'ONG « Save The children » a invité des enfants victimes du conflit malien.

Sur scène, de jeunes Maliennes et Maliens - poètes en herbe - donnent le top de départ de la campagne « Stop à la guerre contre les enfants ». Dans la salle, Fatna qui, en 2012, lors du déclenchement de la crise dans le nord du Mali, vivait à Kidal. Pour elle, la guerre lui a volé une partie de son enfance.

« Cela n'a pas du tout été facile pour moi, psychologiquement, parce qu'il y avait des couvre-feux tout le temps, des tirs partout, des exécutions partout... Les enfants étaient parmi les hommes armés. Toutes les trente minutes, un parent décédé, un parent tué... », se remémore-t-elle.

Saleck Ould Dah est chargé du plaidoyer au sein de l'ONG Save The children Mali qui initie localement cette vaste campagne de sensibilisation.

« Le Mali fait partie des dix pays où les conflits sont les plus intenses sur les enfants. Il y a des recrutements d'enfants, des meurtres d'enfants, des violences sexuelles, des attaques sur les écoles... Et surtout le déni d'accès à l'assistance humanitaire pour ces enfants », dénonce-t-il.

Au Mali, du fait de la crise sécuritaire, 954 écoles sont fermées sur le territoire national, ce qui oblige plus de 200 000 enfants à rester à la maison. Certains sont enrôlés dans les groupes armés.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: RFI

à lire

AllAfrica publie environ 600 articles par jour provenant de plus de 150 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.