Madagascar: Pétanque - Claude Azema veut une FSBM et tout de suite !

Le Président Azema n'accepte aucun compromis sur cette crise de la pétanque malgache

Incroyable mais la tournure des événements consécutifs à la suspension à vie de Béryl Razafindrainony, et prononcée par le Conseil de discipline de la Fédération Internationale de Pétanque a fait sortir le président Claude Azema de ses gongs.

Le clan de Béryl Razafindrainony ne s'avoue pas battu. Ce qui n'est pas du goût du président de la FIPJP, Claude Azema. C'est juste s'il ne laisse pas éclater sa colère en se contentant de livrer sa vérité à lui qui est toute simple lorsqu'il disait « l'ex- FMP n'a plus aucune existence aux yeux de la FIPJP qui ne reconnaît plus qu'une seule entité à Madagascar, la Fédération des Sports Boules de Madagascar ».

Décision irrévocable. Une FSBM qu'il a lui-même confié à Dolys Randriamarohaja chargé de former son équipe et de déposer les statuts en conséquence.

Excédé par les agissements de l'autre équipe de Béryl Razafindrainony qui propose par la même occasion la médiation de Jean Luc Razafindrabe demandant entre autres une AG extraordinaire de l'ex-fédération, et le rassemblement de tout le monde, Claude Azema a tenu à clarifier la position de la Fédération internationale comme quoi, il ne reviendra plus sur cette décision de mettre en place une FSBM. Et pour tout de suite.

Contenant mal sa colère, Azema va même jusqu'à dire que la reconnaissance du ministère n'est pas nécessaire car la FIPJP est totalement maîtresse du choix de ses représentations dans tous les pays, et n'a aucune allégeance ni obligation à l'égard du pouvoir politique des pays concernés.

Une déclaration qui laisse transparaître qu'il en a assez de cette situation rocambolesque où une fédération déjà sanctionnée par l'instance internationale, laisse croire qu'elle a encore le soutien du ministère des Sports malgache.

Il met toutefois beaucoup d'eau dans son vin pour dire ensuite qu'il est évidemment intéressant d'être reconnu par le Gouvernement et le CNO, ne serait-ce que pour pouvoir prétendre à des aides car c'est dans l'intérêt même du pays d'envoyer ses meilleurs éléments au championnat d'Afrique et du monde.

Vote des ligues. Plus conciliant, Dolys Randriamarohaja avoue être prêt pour la mise en place de cette FSBM mais il ne nie pas aussi la proposition du ministère de tout reprendre à zéro, et refaire les élections au niveau des sections et des ligues, pour que les nouveaux dirigeants aient en même temps l'aval du MJS et aussi l'onction populaire.

Et par respect pour la décision de la Fédération internationale, Dolys Randriamarohaja est aussi d'accord à ce que les anciens membres de la FMP n'ont plus voix au chapitre et qu'ils ne pourront pas se présenter à ces élections.

Le processus électoral prendra le temps qu'il faudrait car Dolys Randriamarohaja va assurer la période transitoire pour les affaires courantes. Une manière de reconnaître que le nom de fédération se gagne aussi au vote des nouvelles ligues à qui il fait déjà savoir qu'il est aussi candidat. Et on le comprend...

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: Midi Madagasikara

à lire

AllAfrica publie environ 600 articles par jour provenant de plus de 150 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.