18 Mai 2019

Ile Maurice: Vente d'un squelette de dodo à Londres - Richon évoque un «odieux trafic» dans une lettre au PM

Il a des raisons de penser qu'il se passe un «un odieux trafic» d'ossements de dodo à Londres. Emmanuel Richon, conservateur du Blue Penny Museum a décidé d'écrire une lettre au Premier ministre Pravind Jugnauth. Dans sa correspondance, il fait ressortir que bientôt à Londres se tiendra la plus importante vente d'un squelette entier de dodo. Prix estimé : entre 400 000 et 600 000 livres, soit plus de Rs 30 millions...

«J'ai des raisons de penser qu'un odieux trafic se passe concernant les vestiges de cet animal. Depuis 2013, de nombreuses ventes ont lieu, toujours dans la région de Londres, dont désormais deux squelettes de dodos entiers en l'espace de deux ans seulement et pour des montants très élevés», souligne-t-il dans sa lettre.

Le conservateur affirme que des fouilles ont eu lieu entre 2005 et 2011, deux années avant le début des ventes d'ossements à Londres. Emmanuel Richon rappelle qu'il a sollicité la Criminal Investigation Division de Port-Louis pour y mettre une plainte en 2016. «... mais pour effectuer une enquête internationale et faire jouer Interpol, seul l'Etat mauricien peut diligenter une demande en ce sens», poursuit-il.

«Je demeure convaincu que l'abondance soudaine de ces ventes ainsi que l'énormité des montants considérés est susceptible de dissimuler un trafic odieux qui aurait lieu depuis cinq ans aux dépens de notre pays. Je me tiens à votre disposition pour toute documentation ou tout renseignement supplémentaire, je suis certain que vous serez sensible à cette lettre et que vous y porterez votre bienveillante attention, ce dont je vous remercie par avance», peut-on y lire.

Ile Maurice

Non à l'intégration des Chagos dans une circonscription existante !

Quand on réside à l'étranger et qu'on suit l'actualité mauricienne de façon… Plus »

Copyright © 2019 L'Express. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.