Togo: La révision des listes électorales est trop lente selon les électeurs

Au Togo, c'est ce samedi 18 mai que prend fin la révision des listes électorales pour les prochaines élections locales prévues le 30 juin prochain, les premières depuis 32 ans. 3 200 machines ont été déployées à travers le pays et 22 860 agents mobilisés pour cette opération qui aura duré trois jours. Au deuxième jour, les électeurs de la capitale, Lomé, ont fait face aux mêmes problèmes que la veille à savoir la lenteur dans l'enrôlement ou encore des machines qui rament. RFI a visité plusieurs centres où s'effectuent ces opérations de révision de listes.

Dans plusieurs centres de révision des listes, jeudi et vendredi, le problème reste le même.

« On constate que pour faire une carte, il faut au moins de 20 à 25 minutes », témoigne un électeur.

C'est trop lent et ceux qui arrivent perdent patience.

« On nous énerve. Je dis bien qu'on nous énerve dans cette affaire ! Mais pourquoi doit-on nous traiter nous, citoyens, comme cela ? On est arrivé ici depuis le matin. On est là, ça traîne, on passe la journée entière ici, pour rentrer quand ? Quel est au juste le problème ? Ne savent-ils pas que nous avons d'autres choses à faire pour vivre ? », s'insurge cet autre électeur.

Un opérateur de saisie rencontré dans un centre, explique.

« Très simplement, la base de données de 2018 est dans l'ordinateur et donc, si quelqu'un met son empreinte, la base doit rechercher la personne pour voir si elle n'a pas déjà été inscrite. Cela peut prendre entre 15 et 30 minutes, quand le travail est un peu trop difficile », précise-t-il.

Le président de la Commission électorale a fait le tour lundi. Il connaît le problème. Tous les soirs, dit Tchambakou Ayassor, une équipe sur le terrain l'informe de tous les coins du pays de la façon dont se déroulent les opérations.

« En fonction de la situation, une proposition sera faite au gouvernement qui avisera de la conduite à tenir en fonction donc de cette situation de terrain », nous explique Tchambakou Ayassor.

Des voix s'élèvent déjà dans l'opposition pour exiger que l'on proroge les jours afin de permettre à tous ceux qui attendent de se faire enrôler.

Rappelons que l'opposition avait appelé, en 2018, au boycott du recensement.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: RFI

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.