Congo-Brazzaville: Sécurité sociale - Deux cent soixante-sept retraités de l'armée bientôt bénéficiaires des allocations de fin de carrière

Le président de la République a remis, le 17 mai à titre symbolique, des enveloppes à six officiers supérieurs des Forces armées de la République démocratique du Congo (Fardc) répondant aux critères d'éligibilité, pour assurer l'effectivité du processus.

Les deux cent soixante-sept militaires des Fardc mis en retraite en 2003 vont percevoir, bientôt, leurs allocations de fin de carrière. L'annonce a été faite le 17 mai à Kinshasa, dans la foulée de la célébration de la « Journée nationale de la révolution et des Fardc », devant le Mémorial du soldat congolais érigé au rond-point Forescom, dans la commune de Gombe.

Pour donner un cachet spécial à cette commémoration, le chef de l'Etat, Félix Tshisekedi, et tout l'aréopage d'officiels, civils et militaires, ont pris part à cette manifestation qui s'est voulue sobre dans son agencement. L'un des temps forts aura sans doute été le dépôt par le président de la République d'une gerbe de fleurs au pied du monument, symbolisant le sacrifice enduré par le soldat congolais pour maintenir le pays dans son équilibre national actuel.

L'autre fait ayant marqué ce cérémonial aura été l'annonce, séance tenante, par le porte-parole des Fardc, le général Kasonga, concernant le début du processus de paiement des allocations de fin de carrière aux deux cent soixante-sept militaires retraités depuis 2013. Comme pour montrer que ce processus est irréversible, Félix Tshisekedi a remis, à titre symbolique, des enveloppes à six officiers supérieurs des Fardc qui entrent dans cette catégorie des retraités.

Désormais, a-t-il assuré, tous les retraités hauts gradés de l'armée recevront une allocation de fin de carrière en cette journée du 17 mai. Lui qui avait promis aux militaires d'améliorer tant soit peu leurs conditions de vie, entend suivre à la loupe l'évolution de ce dossier dont il s'est fait le garant.

Il est à noter que la célébration du 17 mai, jadis commémorant l'entrée des troupes de l'Alliance des forces démocratiques pour la libération du Congo (Afdl) à Kinshasa, n'a pas été exempte de critiques. Autrefois journée de la libération, elle a été rebaptisée « Journée nationale de la révolution et des Fardc».

Si certains n'ont pas trouvé à redire sur ce changement, d'autres, par contre, ont fustigé la tendance à donner du relief à un événement qui n'en était pas un. Car, arguent-ils, cette date représente « le mal absolu dans l'histoire du Congo ». Aucune révolution n'a eu lieu le 17 mai 1997, affirment-ils, voyant dans cette rebaptisation une manière de ne pas froisser l'ex-président Joseph Kabila, dont le parti, le PPRD, est l'héritier politique de l'Afdl.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

A La Une: Congo-Brazzaville

Plus de: Les Dépêches de Brazzaville

à lire

AllAfrica publie environ 600 articles par jour provenant de plus de 150 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.