Algérie: Pétrole - al-Falih dit qu'il n'est pas sûr qu'il y ait une pénurie sur les marchés

Jeddah — Le ministre saoudien de l'Energie, Khalid al-Falih, a déclaré samedi que l'OPEP répondrait aux besoins du marché pétrolier, mais qu'il n'était pas sûr qu'il y ait une pénurie de pétrole avec des données, notamment des Etats-Unis, montrant toujours des stocks bâtiment.

S'exprimant à Djeddah (Arabie saoudite) avant le panel ministériel réunissant dimanche les principaux producteurs de l'OPEP et non membres de l'OPEP, notamment l'Arabie saoudite et la Russie, M. Falih a indiqué que la production ne serait pas prise avant la fin juin, date à laquelle le groupe doit se réunir.

L'Organisation des pays exportateurs de pétrole (OPEP), la Russie et d'autres producteurs non membres de l'OPEP ont convenu de réduire la production de 1,2 million de barils par jour (bpj) à compter du 1er janvier pour une durée de six mois, un accord visant à empêcher la constitution et l'affaiblissement des stocks des prix.

"Nous ferons preuve de souplesse. Nous allons faire ce qu'il faut comme nous le faisons toujours", a déclaré Falih à propos de toute décision prise lors de la réunion de juin de poursuivre les réductions.

M. Falih a déclaré que l'OPEP est guidée par deux principes fondamentaux: "L'un pour maintenir le marché dans sa direction d'équilibrage et la restitution des stocks à un niveau normal. Et l'autre pour répondre aux besoins du marché. Nous en arriverons, je suis certain, au bon équilibre".

La part convenue des réductions de l'OPEP est de 800.000 barils par jour, mais sa réduction réelle est bien plus importante en raison des pertes de production en Iran et au Venezuela. Tous deux font l'objet de sanctions américaines et sont exclus des réductions volontaires découlant de l'accord conclu avec l'OPEP.

Le président américain Donald Trump a fait appel à l'Arabie saoudite, le leader de facto du groupe, et à l'OPEP, leur demandant de baisser les prix du pétrole. Riyad, cependant, est réticent à augmenter son offre rapidement..

La réunion ministérielle de dimanche, connue sous le nom de JMMC, intervient face aux inquiétudes d'un marché tendu, les exportations de pétrole iranien étant susceptibles de chuter davantage en mai, et les expéditions en provenance du Venezuela pourraient diminuer davantage dans les prochaines semaines en raison des sanctions imposées par Washington.

La contamination pétrolière a également contraint la Russie à interrompre les flux le long de l'oléoduc Droujba - un vecteur essentiel du pétrole brut en Europe de l'Est et en Allemagne - en avril. La suspension, dont la durée reste incertaine, a laissé les raffineurs se démener pour trouver du ravitaillement.

"Je ne suis pas sûr qu'il y ait une pénurie d'approvisionnement, mais nous examinerons l'analyse (du marché). Nous serons certainement réactifs et le marché sera approvisionné", a déclaré Falih.

"Tout indique que les stocks continuent d'augmenter. Nous avons vu les données des Etats-Unis semaine après semaine, et il s'agit de hausses massives, il est donc évident qu'il existe une abondance de l'offre."

Les stocks américains de brut ont augmenté de manière inattendue la semaine dernière pour atteindre leur plus haut niveau depuis septembre 2017, tandis que les stocks d'essence ont diminué plus que prévu, a annoncé mercredi l'Agence américaine d'information sur l'Energie (EIA).

Un comité technique de l'OPEP et des pays non membres de l'OPEP a constaté que le taux de conformité des producteurs de pétrole à l'accord de réduction de l'offre avait atteint 168% en avril.

Le comité, connu sous le nom de JTC, s'est réuni avant la réunion du JMMC pour discuter des marchés pétroliers.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: Algerie Presse Service

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.