Algérie: La cohésion entre Hirak et institution militaire pour l'émergence d'une Algérie nouvelle

Biskra — Le président du Mouvement de la Société pour la Paix (MSP), Abderrazak Mokri a déclaré vendredi soir depuis Biskra que "la cohésion entre le Hirak et l'institution militaire est en mesure de permettre l'émergence d'une Algérie nouvelle".

"La cohésion entre la force et la solidité du Hirak, la concrétisation de l'engagement de l'armée dans l'accompagnement vers une transition politique respectant la volonté du peuple, à côté de la cristallisation des solutions et propositions de l'élite, représentée par les organisations et les partis politiques sont en mesure d'assurer la réussite d'une réelle transition vers une Algérie grande et solide ", a affirmé le responsable politique, lors d'une conférence tenue en marge d'une activité sociale, organisée par sa formation politique dans la capitale des Ziban.

Abordant la justice et les dossiers de corruption, M. Mokri a précisé que "la traduction en justice des corrompus était difficile si ce n'est le poids du Hirak et de l'institution militaire" attestant "qu'afin de garantir la lutte contre la corruption, nous devons assurer l'efficacité, la pérennité de la justice incarnées par les institutions".

Il a dans ce contexte ajouté que "pour renforcer l'intégrité de la justice et son indépendance il faut libérer le Conseil supérieur de la magistrature du contrôle de l'exécutif ".

Le responsable politique a également indiqué que son parti estime nécessaire "le respect de la volonté du peuple avec le départ des trois "B", la démission du président du Conseil constitutionnel et la nomination d'un nouveau président pour ce Conseil et la démission du Chef de l'Etat".

Il a poursuivi en considérant que dans une deuxième étape, "un dialogue devrait être ouvert entre les élites et le nouveau président pour arriver à un compromis sur un gouvernement de consensus, une instance indépendante de surveillance des élections, des modifications fondamentales dans le code électoral et la loi sur les partis et le passage à une période de transition de six à neuf mois maximum".

Le président du Mouvement de la Société pour la Paix a également souligné que sa formation politique rejette la discrimination fondée sur le régionalisme, l'idéologie ou l'appartenance ethnique mettant en avant l'importance du "respect des composantes du peuple algérien".

Evoquant l'inculpation de la cheffe du Parti des Travailleurs, le même responsable a indiqué que "la rencontre entre les personnalités et la consultation en soi ne constituent pas un obstacle juridique, mais le thème de ces réunions et les résultats qui en découlent demeurent objet de suivi judiciaire".

A signaler que le président du mouvement MSP était présent au complexe touristique Sidi Yahia, à l'occasion d'un iftar organisé par le bureau de wilaya du MSP regroupant les cadres et les sympathisants de cette formation politique.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: Algerie Presse Service

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.