Ile Maurice: Erreur médicale - Le Dr Boodoo premier médecin mauricien condamné à la prison

Il a reçu une double peine : celle de se voir radier de la liste des médecins autorisés à pratiquer à Maurice (en décembre dernier) mais aussi, une condamnation de six mois de prison ferme, confirmée cette semaine en cour intermédiaire, pour homicide involontaire par imprudence, suite à une erreur médicale. Le Dr Abdool Yusuff Boodoo, gynécologue, est dans de beaux draps. Selon le Medical Council, c'est le premier médecin mauricien à avoir été condamné à une peine d'emprisonnement pour une erreur médicale ayant provoqué la mort d'une patiente.

Sa demande de faire appel devant le Privy Council ayant été rejetée, le Dr Boodoo devra donc purger la sentence prononcée par la cour intermédiaire en 2013. À l'époque, il avait écopé de neuf mois de prison, peine qui a ensuite été commuée à six mois de réclusion ferme. À ce stade, on ignore quand prendra effet la sentence.

L'express s'est rendu à son cabinet sis à Cité Laval Street, Port-Louis. Le lieu de consultation était fermé. Une proche, venue nous ouvrir la porte, n'a souhaité piper mot. Les voisins, en revanche, soulignent que le cabinet est resté fermé depuis janvier. Les deux numéros de téléphone affichés au mur, pour le joindre, ne répondent plus.

Nous avons appris que lorsque sa demande de special leave pour le Privy Council a été rejetée, le Dr Boodoo avait disparu de la circulation. Ce n'est que cette semaine que le gynécologue a été traduit en cour intermédiaire.

Le Medical Council concède que c'est la première fois qu'un médecin est condamné pour faute professionnelle. Selon le président de l'Ordre des médecins, le Dr Kailesh Jagutpal, les cas de négligence médicale sont envoyés devant le Medical Council ou en cour de justice. Dans le cas du Dr Boodoo, le gynécologue a été radié de la liste des médecins en décembre dernier. Puis, il a subi une autre sanction, avec une condamnation de prison.

Le Dr Kailesh Jagutpal souligne que ces sanctions sonnent comme une mise en garde pour la profession, rappelant aux praticiens que la justice peut aussi sanctionner un médecin au pénal. «C'est bien la première fois qu'un médecin mauricien fera de la prison pour une erreur médicale. C'est un cas triste et c'est une leçon aussi pour la profession», a fait ressortir le président de l'Ordre.

Il a toutefois rappelé que malgré cette condamnation et la radiation de l'Ordre des médecins, le condamné pourra faire une demande de réintégration au Medical Council après une année, pour avoir le droit d'exercer à nouveau. Cela est prévu par les dispositions de la Medical Council Act. Toutefois, ce sera au conseil d'administration de l'Ordre de trancher.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: L'Express

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.