Tunisie: Le charançon rouge continue de ravager les palmiers d'ornement à Tunis, appel à une intervention d'urgence

Tunis — Le chargé de la production végétale et de la protection des végétaux au bureau régional FAO-Afrique du Nord, Noureddine nasr a appelé à une "intervention immédiate" pour lutter contre la propagation du charançon rouge à Tunis.

Nasr a signalé, mardi, sur sa page Facebook : "aujourd'hui, 14 mai, à la rue Palestine, plusieurs palmiers sont contaminés par le charançon rouge à différents stades. Le site est actuellement, à l'origine de la propagation de ce ravageur dans les sites voisins et pourrait même atteindre les palmiers de l'Avenue Mohamed 5... Prière d'intervenir immédiatement".

Après son apparition en Tunisie en 2011, le charançon rouge est devenu une menace réelle pour les palmiers. Le SYNAGRI avait indiqué que 6000 palmiers d'ornement ont été touchés par ce ravageur en 2018.

Selon une définition scientifique de la FAO, le charançon rouge est un parasite décrit comme "un organisme invasif prolifique qui détruit son hôte". La femelle de ce ravageur peut pondre 200 à 300 œufs dans sa courte vie, trois à quatre mois. Les larves se nourrissent du suc contenu dans les fibres des tissus du palmier.

Plusieurs générations se succèdent dans le palmier, qui finit par mourir, lorsque le cœur est touché ou succomber lentement à une infection.

Le charançon rouge peut s'envoler et peut accomplir de grandes distances pour trouver d'autres palmiers hôtes, d'où la nécessité d'intervenir vite et de traiter les palmiers contaminés.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: Tunis Afrique Presse

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.