Burkina Faso: Cannes - Maïmouna Ndiaye vit un "quotidien tout à fait normal"

Cannes (France) — La Burkinabé Maïmouna Ndiaye, seule africaine dans le jury officiel du 72 e festival de Cannes (14 au 25 mai) vit un "quotidien tout à fait normal", espèrant que cette expérience lui ouvrira "la voie à pleine d'autres choses".

"Nous avons un quotidien tout à fait normal en dehors des films que nous devons voir, deux par jour, nous devons rencontrer des gens, discuter entre nous et quand il ne pleut pas, se balader un peu", a reconté Mouna Ndiaye, samedi, lors d'un entretien avec l'Agence de presse sénégalaise (APS).

Elle était venue visiter le pavillon Sénégal aux cinémas d'Afrique à Cannes où la délégation sénégalaise a organisé une table-ronde sur "La production cinématographique africaine", avec les Tunisiens, Marocains, Ivoiriens, entre autres.

Pour Maïmouna Ndiaye, c'est un "honneur" et une "fierté" d'être membre de ce jury. "Me retrouver avec de grands réalisateurs et réalisatrices et de grands scénaristes pour donner mon avis et un point de vue sur un grand cinéma, j'en suis très fière", dit-elle.

La membre du jury qui sent que "toute l'Afrique est sur (ses) épaules" se dit honorer de porter "ces identités culturelles".

"Quand je vois dans la presse dire la Sénégalaise, la Burkinabé, la Guinéenne dans le jury de Cannes, je me dis que je suis internationale, panafricaine, je suis multiculturelle et c'est une énorme richesse", a fait savoir l'actrice et réalisatrice burkinabé d'origines sénégalaise et guinéenne.

Revenant sur l'ambiance de travail du jury au 72 e festival de Cannes, Mouna Ndiaye souligne "la richesse de ces différentes nationalités, de ces cultures qui ont un même point commun".

"L'ambiance de travail, c'est très bien, c'est une richesse, c'est neuf nationalités, neuf cultures différentes et on a un même point commun. On regarde les films avec notre hauteur, notre cœur et notre ressenti et on en parle", dit-elle.

Loin de juger le travail des réalisateurs ou autres acteurs des films en compétition, Ndiaye affirme qu'elle se "laisse porter et toucher par les histoires et par la manière dont les gens jouent et voir si j'y crois ou pas".

"Je ne me permettrais pas de juger du travail de quelqu'un parce que je sais que ce n'est pas facile de faire un film, c'est très difficile", soutient l'actrice principale du film "L'œil du cyclone" (2015) du Burkinabé Sékou Traoré.

Maïmouna Ndiaye espère à travers cette première expérience "faire de belles rencontres".

"J'espère que cela va m'ouvrir la voie à pleines d'autres choses, c'est bien de s'ouvrir et d'avoir une autoroute devant moi et je serais bien contente", dit-elle.

Le jury de la compétition officielle du 72 e festival de cannes est présidé par le réalisateur, producteur et scénariste mexicain Alejandro Gonzales Iñárritu.

Il compte en son sein l'actrice américaine Elle Fanning, la réalisatrice, scénariste et monteuse américaine Kelly Reichardt, la scénariste et réalisatrice italienne Alice Rohrwacher, l'acteur et cinéaste français Enki Bilal.

Y figurent également le scénariste, réalisateur et monteur français Robin Campillo, le scénariste, cinéaste et producteur grec Yórgos Lánthimos et le réalisateur et scénariste polonais Paweł Pawlikowski.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: APS

à lire

AllAfrica publie environ 600 articles par jour provenant de plus de 150 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.