Centrafrique: Etape symbolique pour le redéploiement de l'armée à Kaga-Bandoro

Le redéploiement de l'armée régulière sur le territoire, étape importante dans la reprise de contrôle du pays après la crise politico-militaire qui a éclaté en 2013, se poursuit en Centrafrique. Samedi 18 mai, une centaine de FACA sont arrivés à Kaga-Bandoro, ville tenue par le MPC de Al-Khatim et le FPRC de Noureddine Adam.

Après cinq ans d'absence dans la ville, 106 membres des Forces armées centrafricaines (FACA) sont arrivés samedi à Kaga-Bandoro avec l'appui de la Minusca. Un redéploiement qui a eu lieu après un premier échec le 5 mai dernier. Une délégation ministérielle s'était rendue sur place mercredi pour négocier.

Le Mouvement patriotique pour la Centrafrique (MPC) assure qu'ils n'ont pas de problème avec ce redéploiement. Al-Khatim a rencontré les FACA ce dimanche.

Le Front populaire pour la renaissance de la Centrafrique (FPRC) lui est mécontent de cette arrivée qu'il estime aller à l'encontre de l'accord de paix.

Selon le porte-parole du groupe, Abakar Sidik, « il faudrait mettre en place les brigades mixtes d'abord. Après cela, il pourra y avoir déploiement ». Il ajoute que le FPRC va saisir les garants de l'accord.

Le déploiement de l'armée centrafricaine à Kaga-Bandoro est symbolique. En avril de l'année dernière, plusieurs groupes armés de l'ex-Seleka s'étaient réunis dans cette ville, menaçant de marcher sur Bangui. Ce redéploiement suit ceux qui ont déjà été effectués à Paoua, Bouar, Sibut, Bangassou, Obo et Alindao.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: RFI

à lire

AllAfrica publie environ 600 articles par jour provenant de plus de 150 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.