Sénégal: Bac 2019 - 159 386 candidats, 371 centres d'examen

interview

La session 2019 du baccalauréat démarre aujourd'hui, lundi 20 mai, avec les épreuves physiques, s'en suivront l'anticipé de Philo le 29 mai, le Bac technique à partir du 11 juin et le bac général retenu pour la date du 1er juillet.

Autant dire que le directeur de l'Office du Baccalauréat, Sosse Ndiaye, sera très sollicité pendant cette période.

Toutefois, malgré un calendrier chargé, il a accordé un entretien, à Sud Quotidien, dans les locaux de l'Office qu'il dirige depuis l'année dernière après le décrochage de Babou Diakham, appelé à faire valoir ses droits à la retraite.

Chiffres déjà en tête, Sosse Ndiaye confie que 159 386 candidats, toutes les séries confondues, seront en lice. 80% issus des séries littéraires ; 17% des séries scientifiques et 2% pour les séries techniques, 3 millions de copies, 8200 correcteurs, 371 centres d'examen, en plus des 68 centres secondaires et 510 jurys, 673 présidents de jury y compris l'éducation physique, 840 examinateurs des épreuves physiques, 6 mille secrétaires de jury et 16 mille surveillants. Mais attention, vous dira le professeur Sosse Ndiaye, «c'est le fruit d'un travail d'une cinquantaine d'agents de l'Office du Bac».

Une structure, signale-t-il, en sous-effectif. L'ancien directeur des affaires pédagogiques de l'Ucad est aussi revenu sur l'affaire des 198 cas de fraude des candidats en 2018, exclus pour la plupart pour port et/ou l'usage du téléphone portable.

Non sans rappeler à nouveau, aux candidats et aux parents d'élèves, l'interdiction formelle du téléphone ou autres moyens de communication dans les centres.

La date du 1er juillet a été retenue pour les épreuves écrites du Bac. L'anticipé de Philo est prévu le 29 mai. Le Bac technique se tiendra à partir du 11 juin 2019. Faites-nous le point des préparatifs de la session 2019 ?

Les préparatifs du baccalauréat 2018 ont démarré pratiquement au mois de novembre. C'est pendant cette période que les opérations d'inscriptions ont démarré pour se terminer vers la fin du mois de janvier et début février.

C'est à partir de ce moment que nous entamons les opérations de mise en forme des structures devant accueillir les candidats. Tous les candidats sont informés de là où ils doivent faire leurs examens. Ils connaissent déjà leurs numéros de table et de jury.

Nous sommes en train de dérouler la formation des présidents de jury de la région de Dakar et celle de Thiès. On sera dans les régions pour faire la formation des présidents de jury la semaine prochaine.

Nous avons déjà formé les présidents de jury des professeurs d'éducation physique. Ils ont été mis en route pour les épreuves physiques à partir lundi 20 mai. Avant l'anticipé de la philosophie prévu le 29 mai, nous avons les épreuves facultatives (dessin, couture, musique) qui se tiendront le 22 mai.

Quel est le nombre de candidats pour la session 2019 ?

Nous avons 159.386 candidats de toutes les séries confondues dont 51,41% de filles. 80% des candidats sont des séries littéraires. C'est un plus de 120 mille candidats littéraires.

Les candidats des séries scientifique et technique sont au nombre de 27 mille, soit 17% de l'effectif total. Ils sont 3800 candidats des séries G et T, soit 2% du tertiaire. Les candidats libres constituent 10% de l'effectif.

Pour 159.386 candidats, nous aurons environ 3 millions de copies pour cette année. Les candidats du baccalauréat technique ont plus de disciplines. Ils ont jusqu'à 14 disciplines.

En 2019, nous aurons 8200 correcteurs pour le bac général et technique. Nous sommes à 371 centres d'examen, en plus des 68 centres secondaires et 510 jurys. Nous avons 673 présidents de jury y compris l'éducation physique.

Nous avons aussi 840 examinateurs des épreuves physiques, les secrétaires de jury sont au nombre de 6 mille et les surveillants seront au nombre de 16 mille.

Nous avons en tout 32 mille agents que 2 membres de l'Office du bac mobilise et gère. C'est la division de la planification, études et statistiques. Nous avons un besoin de réel de ressources humaines.

Nous sommes obligés parfois de maintenir des agents de l'office qui partent à la retraite le temps de trouver son remplaçant. Nous sommes qu'une trentaine de 30 titulaires à l'Office. Toutes les étapes du processus nécessitent une mobilisation des ressources humaines.

35,9% de taux de réussite au Bac de 2018. Quel était le dispositif que vous avez mis en place pour connaitre les résultats ?

J'ai trouvé le dispositif informatisé de gestion du Bac mis en place par mon prédécesseur. Nous nous sommes adossés sur ce dispositif pour rendre public les résultats.

Quelles sont les innovations cette année ?

Nous maintenons les mesures de l'année dernière. Les gens disaient que l'interdiction du téléphone était une innovation, alors que c'est une mesure.

Dès qu'on a constaté que le téléphone était un outil qui pouvait perturber les examens, il a été nommément écrit qu'il est interdit qu'un candidat ait un téléphone sur lui dans le centre. C'est régulièrement mis dans la convocation des élèves depuis 2012.

On s'est rendu compte que la mesure n'était pas respectée. Nous avons dit qu'on ne tolérera pas le téléphone dans le centre. Ce n'est pas une innovation mais c'est une application avec rigueur d'une mesure déjà prise. Elle va être reconduite tant que le Bac existera.

On ne tolérera pas qu'un candidat ait son téléphone ou un dispositif de communications dans le centre. Tous les candidats et les parents en sont informés. Les inspections d'académie ont saisi l'administration locale pour le dispositif sécuritaire.

Nous pensons que tout est fin prêt pour un bon déroulement du bac. L'organisation du bac est une grosse machine. Nous avons pris des dispositions pouvant nous permettre d'espérer que ça va bien se passer.

Des candidats ont été exclus en 2018 en application du règlement en vigueur relatif au port et/ou l'usage du téléphone portable par les candidats. Qu'en est-il du verdict du conseil de discipline ?

On a eu 198 cas de fraude l'année dernière. 128 parmi eux sont passés par le conseil de discipline.

Il y'a en 2 ou 3 qui ont été relaxés car le conseil de discipline n'a pas trouvé de preuves pour attester qu'ils sont coupables des faits qui leur sont reprochés. Il y'a en d'autres qui ont pris 2 ans. Certains, parmi eux, ont pris une réprimande.

Quel message aux candidats et aux parents ?

Je dis aux parents d'élèves et aux candidats le même message que j'avais lancé l'année dernière.

La première chose est que le baccalauréat n'est pas un concours mais, un examen au terme duquel, les candidats vont être évalués sur des choses auxquelles, ils ont été formés. Donc, il est possible de réussir, mais pour réussir, il faut travailler.

Seul le travail paie. Il n'y a pas d'autres voies. Donc, en conséquence, il faut faire confiance en soi, répondre à l'évaluation proposée, mais à travers ses propres moyens. Il ne faut pas en essayer d'autres principalement le téléphone.

La deuxième chose que je dirai aux élèves est que le téléphone est formellement interdit dans les centres.

Tout porteur du téléphone que ça soit dans son sac, dans ses poches ou n'importe où sur lui, s'il est découvert, sera mis dehors. Il ne pourra plus faire le bac tant qu'il n'est pas traduit devant le conseil de discipline.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: Sud Quotidien

à lire

AllAfrica publie environ 600 articles par jour provenant de plus de 150 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.