Algérie: Ramadhan - Sensibilisation via "SMS" sur l'abus de sel, sucre et de gras

Alger — Le ministère du Commerce, moyennant des "SMS", sensibilise les citoyens, en ce mois de Ramadhan, sur les méfais d'une consommation excessive d'aliments à forte teneur en sel, sucre ou de matières grasses.

Dans le souci de contribuer à la protection de la santé publique, notamment en cette période connue par une forte consommation alimentaire, le ministère adresse ce texto : "Pour préserver votre santé réduisez la quantité de sel, de sucre et de matières grasses dans vos repas".

Contacté par l'APS, le chargé de la communication au ministère du Commerce, Samir Meftah, a expliqué qu'il s'agit d'une opération visant à toucher le plus grand nombre possible de citoyens via les trois opérateurs de téléphonie mobile activant sur le marché algérien.

"Il est de notre devoir en tant qu'institution de contribuer à la préservation de la santé publique. La consommation abusive notamment de sucre et de sel est à l'origine de nombreuses maladies chroniques telles que le diabète et l'hypertension artérielle", a-t-il ajouté.

Il est à noter que les pouvoirs publics ont, dans ce même cadre, été à la source d'un bon nombre d'efforts et ce, pour s'assurer du bien-être du consommateur.

A cet effet, un arrêté interministériel fixant les modalités applicables en matière d'étiquetage nutritionnel des denrées alimentaires préemballées destinées à la consommation humaine a été mis en vigueur en mai 2018.

L'un de ses objectifs majeurs est de réduire le taux de sel, de sucre et des matières grasses dans les aliments.

Le texte en question exige d'axer les publicités sur la déclaration nutritionnelle afin de fournir au consommateur des renseignements fiables et précis concernant la composition alimentaire du produit.

L'arrêté établi, à la fois, par le ministre du Commerce, le ministère de l'Industrie et des mines, le ministre de l'Agriculture, du Développement rural et de la Pêche, ainsi que le ministre de la Santé, de la Population et de la Réforme hospitalière, précisait que l'étiquetage nutritionnel "comprend la déclaration des éléments nutritifs et les informations nutritionnelles supplémentaires".

Le texte définit la déclaration des éléments nutritifs comme l'énoncé ou la liste des éléments nutritifs contenus dans une denrée alimentaire, précisant que l'élément nutritif est "toute substance normalement consommée comme constituant d'une denrée alimentaire fournissant de l'énergie ou nécessaire à la croissance et au développement d'un individu et à la préservation de sa santé ou dont le déficit entraîne des altérations biochimiques ou physiologiques caractéristiques".

Il fixe également l'allégation nutritionnelle englobant toute représentation et tout message publicitaire qui énonce, suggère ou implique qu'une denrée alimentaire possède des propriétés nutritionnelles

particulières, celles-ci comprennent notamment sa valeur énergétique, sa teneur en protéines, en lipides et en glucides, ainsi que sa teneur en vitamines et en sels minéraux.

L'étiquetage doit ainsi inclure notamment la déclaration nutritionnelle, le contenu de la déclaration nutritionnelle, la valeur énergétique, la quantité des nutriments, les données relatives à la valeur énergétique, ainsi que les informations relatives aux quantités de protéines, de glucides et de lipides dans la denrée alimentaire qui doivent être exprimées en grammes (g) par 100 g ou par 100 millilitres (ml).

Le texte exige également apparence sur l'étiquetage des données numériques sur les vitamines et les sels minéraux qui doivent être exprimées en unitésmétriques et/ou en pourcentage des valeurs nutritionnelles de référence par 100 g ou par 100 ml.

En vertu du même arrêté, les informations relatives à l'étiquetage nutritionnel doivent être regroupées en un seul endroit sous forme de tableau avec alignement des chiffres si la place le permet. Lorsque la place n'est pas suffisante, les informations sont données sous forme linéaire.

Doivent y figurer également, les informations nutritionnelles supplémentaires ont pour but de permettre au consommateur de mieux comprendre la valeur nutritionnelle de la denrée alimentaire consommée et d'interpréter la déclaration des éléments nutritifs.

L'arrêté précise, en outre, que les seules allégations nutritionnelles autorisées sont celles se rapportant à l'énergie, aux protéines, aux glucides, aux matières grasses et à leurs constituants, aux fibres, au sel et aux autres substances ayant un effet nutritionnel ou physiologique ainsi qu'aux vitamines et sels minéraux pour lesquels une valeur nutritionnelle de référence (VNR) est établie.

L'étiquetage concerne aussi l'allégation relative à la teneur en éléments nutritifs décrit le niveau d'un élément nutritif contenu dans une denrée alimentaire.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: Algerie Presse Service

à lire

AllAfrica publie environ 600 articles par jour provenant de plus de 150 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.