20 Mai 2019

Togo: Agboyibo, Adjamagbo, Lawson, à chacun sa cible

Alors que le CAR pour sa part se tourne vers le G5 pour obtenir de lui une plaidoirie auprès du gouvernement togolais afin que la révision des listes électorales dont le délai de prorogation de 24 heures s'est achevé hier dimanche en fin d'après-midi, la Coalition des partis de l'opposition et sa Coordinatrice ne comptent pas passer par quelque intermédiaire pour réclamer un délai convenable pour la révision de ces listes électorales qui devront servir pour les élections locales du 30 Juin prochain. Ce n'est qu'une déduction.

« On ne peut pas accepter que des Togolais en âge de voter ne puissent pas s'inscrire sur la liste électorale, surtout qu'on connait les enjeux liés aux prochaines élections. Elles ont été organisées au Togo depuis plus de 30 ans, donc il ne faut pas vraiment jouer avec ce scrutin.

Il faut faire en sorte que ces élections locales soient crédibles et inclusives », ce sont à des mots de Brigitte Kafui Adjamagbo Johnson ce Lundi matin chez nos confrères de Victoires Fm. A tout prendre, de l'avis de cette responsable de la Coalition, le gouvernement ne prend pas au sérieux ce scrutin.

Elle croit savoir que « ces 24 heures ne sont pas adéquates car les problèmes qu'il y a eu sur le terrain, le gouvernement le sait très bien, la CENI le sait très bien » allusion faite à la prorogation d'une journée qui a été concédée à la suite des trois jours de révisions des listes électorales.

Elle s'attend dès lors à ce que le gouvernement en tire « toutes les conséquences et de proroger la durée du recensement en accordant le nombre de jours adéquats pour que tous les citoyens togolais puissent exercer leur droit ».

Pour rappel, absente lors des législatives du 20 Décembre dernier, cette Coalition ainsi que l'ANC et le CAR qui ont quitté la barque, semblent être bien en course pour ce scrutin.

Quant au président du PRR dont le parti certainement ne sera pas dans starting-blocks pour ce scrutin, c'est l'heure de s'en prendre aux partis politiques de l'opposition qui sont dans la dynamique d'une participation à ces locales. Pour lui ce ne sont que des opportunistes qui y prendront part.

Aussi, indique l'ancien candidat malheureux à la présidentielle et aussi « c'est une question de survie pour eux. Ce sont des professionnels de la politique et ils ne savent rien faire d'autres ».

Il y voit dans la démarche, de « l'incohérence et l'inconstance des principaux dirigeants de l'opposition » qui, d'après lui, « font preuve de 'fourberies, de déloyauté et même de traîtrise' ». Ces dirigeants apprécieront.

Togo

Les 'corps habillés' voteront vendredi

Policiers, gendarmes et soldats voteront par anticipation vendredi. Comme à chaque scrutin, les forces de… Plus »

Copyright © 2019 Télégramme228. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com).