20 Mai 2019

Afrique: Intensifier le soutien aux politiques afin de tirer profit des avantages liés à la culture d'arbres près des productions agricoles

communiqué de presse

Montpellier, France — Congrès mondial sur l'agroforesterie : le nouveau guide de la FAO souligne l'importance des droits fonciers

«L'agroforesterie n'est pas une zone de non-droit située à mi-chemin entre la foresterie et l'agriculture. Ce secteur devrait bénéficier d'un soutien aux politiques particulier», a déclaré aujourd'hui Mme Maria Helena Semedo, Directrice générale adjointe de la FAO chargée des ressources naturelles.

«L'agroforesterie peut contribuer à diversifier et à soutenir la production agricole et apporte des avantages sociaux, économiques et environnementaux indispensables aux utilisateurs des terres, et ce, à tous les niveaux», a-t-elle indiqué alors qu'elle s'exprimait lors du 4ème Congrès mondial sur l'agroforesterie, qui se tient à Montpellier, en France.

L'agroforesterie est un terme utilisé pour les technologies et systèmes d'utilisation des terres où les plantes ligneuses - les arbres, les arbustes, les palmiers, les bambous et autres - sont délibérément utilisées sur les mêmes parcelles que les cultures agricoles ou que le bétail afin de bâtir et de canaliser les synergies écologiques.

Cette méthode attire de plus en plus l'attention en raison de sa capacité à piéger le carbone et à atténuer les effets du changement climatique, tout en contribuant au développement rural durable au niveau social, économique et environnemental.

«La FAO fait la promotion des multiples rôles que peut jouer l'agroforesterie», a précisé Mme Semedo, prenant l'exemple de plusieurs projets mis en œuvre sur des terres ayant connu l'exode comme au Népal ou encore au Guatemala et au Honduras où l'agroforesterie a permis d'améliorer la santé et la conservation de l'eau dans les régions en proie à la sécheresse et au Kirghizstan où il était question d'introduire des arbres fruitiers dans les plantations d'arbres.

Le recours délibéré aux arbres pour les systèmes terrestres agricoles à usage mixte peut également contribuer aux efforts visant à conserver la biodiversité.

«Les systèmes traditionnels agroforestiers abritent entre 50 et 80 pour cent des espèces végétales que l'on peut trouver dans les forêts naturelles», a déclaré Mme Semedo alors qu'elle s'adressait aux participants du Congrès auquel assistent plus de 1200 chercheurs, étudiants, chefs d'entreprises et dirigeants municipaux.

«Démocratiser l'adoption de meilleures pratiques agroforestières est l'objectif de certaines initiatives telles que la Décennie de l'ONU pour l'agriculture familiale, ainsi que les efforts visant à encourager les transitions agro-écologiques», a souligné Mme Semedo. Alors que nous célébrons aujourd'hui la Journée mondiale des abeilles, elle a noté que les insectes pollinisateurs pouvaient également tirer profit des arbres et contribuer à faire augmenter la productivité agricole de près de 24 pour cent.

«La FAO se tient prête à soutenir les efforts déployés par les Etats membres visant à intégrer l'agroforesterie au sein de leurs politiques agricoles, et ce, dans le but d'atteindre les Objectifs de développement durable», a-t-elle ajouté.

Arbres et droits de propriété

Si la question de la sécurité des régimes fonciers tient une place importante dans l'ensemble des secteurs agricoles à travers le monde, elle revêt une importance primordiale lorsqu'il s'agit des initiatives agroforestières car les arbres prennent plusieurs années avant d'arriver à maturation.

«La reconnaissance des droits fonciers est essentielle», a déclaré Mme Semedo, faisant référence à une publication de la FAO lancée officiellement lors du Congrès et dont l'objectif est de conseiller les décideurs politiques, les gestionnaires de programmes et les agriculteurs désireux de promouvoir l'agroforesterie.

Selon le guide, il n'existe que très peu d'histoires de réussites agroforestières dans un contexte de régimes fonciers incertains.

Produite en collaboration avec le Centre World Agroforestry (ICRAF), l'ouvrage passe en revue plusieurs études de cas et se penche plus particulièrement sur la manière dont les programmes sont conçus, comme par exemple l'un d'entre eux en Ouganda où les agriculteurs étaient récompensés financièrement lorsqu'ils refusaient d'abattre davantage d'arbres. La démarche a entraîné une baisse du taux de déforestation dans la zone concernée.

Souvent pourtant, des ambigüités concernant les régimes fonciers freinent les progrès. Par exemple, dans certains systèmes coutumiers en Afrique subsaharienne, planter des arbres peut servir à revendiquer des terres - une situation qui peut mener à des abus de pouvoirs ou à l'opposé, inciter d'autres à éviter de planter des arbres pour éviter de potentiels conflits. Parfois, les droits relatifs à une production d'arbres sont différenciés.

Les écorces, les fruits et le bois sont par exemple attribués à des parties différentes, ce qui a pour effet de freiner les investissements de la part des petits exploitants agricoles qui ne pourront pas tirer profit de leur travail ou de les pousser à planter des espèces d'arbres inappropriées.

Dans de nombreux pays en développement, jusqu'à 70 pour cent des terres ne sont pas couvertes par un régime d'administration foncière et sont souvent gérées selon un système coutumier complexe.

De telles règles vont souvent à l'encontre des femmes, qui sont confrontées à de nombreux tabous culturels allant de la culture de certains types d'arbres à l'interdiction d'en planter, compromettant ainsi leur droit à la propriété.

La FAO propose des recommandations valables sur les droits fonciers de manière générale à travers les Directives volontaires pour une gouvernance responsable des régimes fonciers applicables aux terres, aux pêches et aux forêts dans le contexte de la sécurité alimentaire nationale, ainsi que par le biais d'une poignée d'autres publications sur le sujet.

Afrique

Dereje Wordofa de l'UNFPA – « Chaque opportunité doit être utilisée contre les mutilations génitales féminines… »

Le Directeur exécutif adjoint du Fonds des Nations unies pour la population (Unfpa) estime que chaque… Plus »

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Copyright © 2019 Food and Agriculture Organization of the United Nations. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.