Afrique de l'Est: Chagos - Maurice revient en force après l'avis consultatif

Mercredi, le sort des Chagossiens sera encore une fois suspendu au vote des autres membres des Nations unies. En effet, le Senegal, au nom de toute l'Union africaine, présentera la résolution par rapport à l'avis consultatif émis par la Cour internationale de justice (CIJ), sur les Chagos, en février dernier. En d'autres mots, l'avis de La Haye qui condamne la façon de faire des Britanniques et leur demande de quitter l'archipel au plus vite, dans le but de compléter le processus de décolonisation.

«Il est totalement logique que ce soit l'Union africaine qui présente cette résolution. On est confiant qu'elle sera adoptée», fait-on valoir au niveau du Prime Minister's Office (PMO). Les plaidoiries débuteront à 18 h 00 - heure locale - (10 h 00 à New-York) et devraient durer trois heures. Les pays membres passeront par la suite au vote. Pour l'occasion, le Premier ministre, Pravind Jugnauth a mis le cap sur New-York samedi après-midi. Au PMO, on indique qu'il s'agit d'une «petite délégation». Outre le chef du gouvernement, le Solicitor General, Dheeren Dabee, et Martine Young Kim Fat, conseillère au PMO, ont fait le déplacement.

«Les avocats qui représentent Maurice ne seront pas présents», souligne-ton. Quid de sir Anerood Jugnauth ? À cela, on avance qu'il n'avait jamais été question que ce dernier fasse partie du voyage. Jagdish Koonjul, ambassadeur de Maurice à New-York, s'occuperait déjà des démarches diplomatiques depuis plusieurs jours.

Qu'est-ce que cela signifie, pour Maurice, si la résolution est votée ? Dans les milieux proches du dossier, on souligne qu'en sus de l'avis favorable de la CIJ, cela donnera plus de «leverage » au pays pour faire pression sur la Grande-Bretagne. «Une résolution a définitivement plus de force qu'un avis consultatif», explique-t-on. On ajoute que lors de la prochaine Assemblée Générale des Nations unies, le dossier Chagos sera un item à l'agenda. «Ce sera le cas, que la résolution soit votée ou pas. Nous comptons alors demander au secrétaire général des Nations unies comment le dossier progresse», avance-t-on.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: L'Express

à lire

AllAfrica publie environ 600 articles par jour provenant de plus de 150 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.