Bénin: Patrice Talon sort de son silence après trois semaines de crise

Photo: Le Pays
Patrice Talon , Président du Bénin

Le président béninois s'est exprimé lundi 20 mai pour la première fois depuis les violences qui ont émaillé les jours suivants les élections législatives, dont les partis d'opposition avaient été exclus. Cette allocution était donc très attendue.

« Le processus électoral vient de s'achever ». Ce sont les premiers mots de Patrice Talon lors de son allocution d'une dizaine de minutes à la télévision nationale, lundi soir. Le président béninois répond ainsi indirectement à l'opposition qui réclame encore aujourd'hui l'annulation des élections législatives du 28 avril dernier.

C'est surtout à cause de la Charte des partis et de la loi électorale que l'opposition a vu sa liste invalidée. Sur ces deux points, le chef de l'État béninois annonce : « Je voudrais inviter le nouveau Parlement à rassurer l'opposition politique en procédant à la relecture responsable de la Charte des partis et du code électoral. » Une nouvelle Assemblée de 83 députés acquis au chef de l'État a en effet été installé le 16 mai.

Patrice Talon promet également : « J'inviterai très prochainement toute la classe politique pour des échanges directs, francs et constructifs au profit de notre bien commun : le Bénin. »

Pas de calendrier et aucune indication sur la forme. Sur les violences des 1er et 2 mai, qui ont fait quatre morts selon Amnesty International, le chef de l'État déclare : « Ma tristesse est immense et je présente ma profonde compensation aux familles éplorées. Notre pays aura payé un lourd tribut et cela ne doit plus jamais se reproduire. »

Et d'ajouter que « certains acteurs ont manqué de sagesse, de mesure et de patriotisme » pour des « querelles politiciennes » et des « frustrations » nées de la « réforme majeure du système partisan », « souhaitée et redoutée ».

Pour Restaurer l'espoir, un parti d'opposition qui n'a pas présenté de candidat au dernier scrutin, Patrice Talon s'est contenté de justifier sa « parodie d'élection ». Le président du parti, Candide Azannaï, estime que l'allocution de Patrice Talon trahit le fait qu'il ne « comprend pas » la démocratie.

Il a cherché à justifier sa forfaiture, son coup de force, son coup d'État.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: RFI

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.