Gabon: CNAMGS - Le Syna-cnamgs réclame un audit

Le syndicat national des agents de la CNAMGS (Syna-cnamgs), par la voix de son président Gaël Moussounda s'est exprimé aujourd'hui lundi 20 mai 2019 à leur siège à Libreville. Le syndicat a décidé de rompre le silence sur l'affaire qui lie la structure sensée assurer les patients avec le Ministère de la Santé.

Dans son communiqué, il indexe les directions générales des structures hospitalières publiques sur la gestion des 20% que reversent normalement les assurés.

Le Syna-Cnamgs lors de cette sortie, a mis l'accent sur les responsabilités qui lui incombent : « la CNAMGS ne soigne pas le malade ou le patient, mais assure ce dernier ». Cette précision dans le communiqué lu par son président vient mettre un terme aux spéculations qui alimentent les réseaux sociaux. Les syndicalistes ont déclaré que la dette de la Cnamgs est réelle et profonde dans la mesure où il y a un véritable dysfonctionnement au niveau du système de paiement. La dette de cette structure s'élève à 5,3 milliards Fcfa. Le syndicat s'était accordé avec les Directions Générales des Centres Hospitaliers Universitaires de Libreville, d'Owendo et celle de la structure Mère et Enfant, pour qu'elles soldent leurs dettes envers la Cnamgs.

Le CHUL s'est accordé pour payer 300 millions de francs CFA par mois, celle d'Owendo qui doit près de 1 milliard, s'accorde aussi à régler sa dette envers la Cnamgs en lui donnant 100 millions de francs par mois. La structure Mère et Enfant qui a contractée une dette de 600 millions, s'aligne dans cette logique en donnant aussi 100 millions de francs par mois. Longtemps accusé de ne pas assurer les malades, la Cnamgs se dédouane et insiste sur la direction que prennent les 20% que les assurés reversent. Plus communément appelé « ticket modérateur » par les agents de la Cnamgs, « les 20% de l'assuré vont où ? ». C'est la question que se pose les agents. Ces sommes ne sont pas versées dans les structures sanitaires publiques selon le Syna-cnamgs.

Les syndicalistes assure que ces sommes sont aux mains des médecins qui se partage ce butin, et oublient les brancardiers et autres. Le Syna-cnamgs estime que le ministère de tutelle l'accuse à tort au sujet de cette affaire qui trouble leur structure que l'on accuse de ne pas prendre en charge les malades. De ce fait, le syndicat national des agents de la Cnamgs réclame un audit des structures publiques afin de mieux se renseigner sur la gestion financière des Directions Générales.

Même si par le passé, il y a eu trois audits déjà effectués. Le président Gaël Moussounda a en effet rappelé que la Cnamgs fonctionne seulement avec « le fonds 1 », qui est l'ensemble des cotisations réalisées par le secteur privé. De plus, « le fonds 2 » qui est sensé émaner du secteur public ne rentre pas dans les caisses de la Cnamgs de façon systématique, ce qui de facto ne corrobore pas avec les propos du Symefoga qui accuse la Cnamgs d'être à l'origine de tous ces blocages.

A cet effet, le syndicat national des agents de la Cnamgs invite ses partenaires, le Symefoga (Syndicat des médecins fonctionnaires du Gabon) et le Synaps (Syndicat National des Personnels de Santé) à plus de vigilance.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: Gabonews

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.