Cote d'Ivoire: Migration irrégulière - Les ministres Ally Coulibaly et Christophe Castaner échangent sur la question

Le ministre français de l’Intérieur, Christophe Castaner avec son homologue ivoirien, Sidiki Diakité,

Christophe Castaner, le ministre français de l'Intérieur, a également rencontré ce lundi 20 mai, le ministre de l'Intégration africaine et des Ivoiriens de l'extérieur, Ally Coulibaly. La rencontre s'est tenue au cabinet du ministre ivoirien, à la Tour C, à Abidjan-Plateau.

A sa sortie d'audience, le ministre français a indiqué que la question de la migration régulière et irrégulière était au centre de leurs échanges.

« Au sujet de la migration irrégulière, nous avons décidé d'amplifier les efforts que nous faisons ensemble pour veiller à ce que ces femmes et ces hommes ne manquent pas à la Côte d'Ivoire. Parce qu'au fond, ces migrations sont un échec pour la Côte d'Ivoire que rien ne justifie », a-t-il souligné.

Selon lui, un accent particulier a été mis sur les mineurs qui, eux aussi, se retrouvent entre les mains des passeurs, et peuvent se retrouver dans des situations personnelles sanitaires extrêmement délicates et compliquées en France.

« Il est essentiel que nous puissions lier un dialogue fécond avec nos administrations pour que celles et ceux qui se retrouvent perdus en France, puissent retrouver la famille d'origine et puissent revenir au pays, à chaque fois que cela est nécessaire », a-t-il ajouté.

Concernant la migration régulière, le ministre français de l'Intérieur a souligné que les échanges entre les deux pays font que la Côte d'Ivoire est le 10e pays d'origine des ressortissants africains présents en France.

« Nous délivrons un nombre de visas qui a augmenté ces dernières années et qui correspond à des échanges fructueux », a-t-il déclaré.

Ajoutant que le partenariat entre la France et la Côte d'Ivoire est ancien et puissant. « Il faut que nous travaillions contre les passeurs en particulier et contre toutes les filières de trafic qui existent mais aussi contre le terrorisme qui sont des sujets de mobilisation constante quand on se bat pour la sécurité de nos concitoyens.

La Côte d'Ivoire est menacée de façon raisonnable. Mais le risque est partout présent, même si ce n'est pas le Mali ni le Burkina Faso. Nous devons aussi nous accompagner. Et le renseignement fait partie de ces éléments. Nous travaillons fort bien entre nos deux pays ».

Pour sa part, le ministre Ally Coulibaly a indiqué que la Côte d'Ivoire a la ferme volonté de prendre des dispositions pour éviter une pression migratoire.

« Nous avons rapatrié 5000 Ivoiriens de la Libye. C'est un effort remarquable. Je ne pense pas qu'un autre pays ait fait autant d'efforts que nous », s'est-il félicité.

Il a aussi affirmé que la Côte d'Ivoire est pour un partenariat dans cette lutte. « Et je suis heureux que le ministre de l'Intérieur de la France soit sur la même longueur d'onde que nous.

C'est en coopérant, en conjuguant nos efforts que nous parviendrons à des résultats probants sur la question migratoire. Le leitmotiv c'est le partenariat, la coopération. Nous devons poursuivre nos efforts pour faire face à un problème aussi central que l'immigration irrégulière », a-t-il insisté.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: Fratmat.info

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.