Cote d'Ivoire: Guillaume Gbato - « Soro veut remettre en cause la loi de non emprisonnement des journalistes »

Le lundi 20 mai 2019, le Secrétaire Général du Syndicat national des professionnels de la presse de Côte d'Ivoire (Synappci), Guillaume Gbato a tenu une conférence de presse à Abidjan-Cocody-Angré.

Le Sg du Synappci s'est prononcé sur la plainte portée par Soro Guillaume, Député de Ferkessédougou contre Sidi Tehra, Directeur de publication du journal L'Essor ivoirien, pour diffamation.

« En date du jeudi 16 mai 2019, Soro Guillaume a fait savoir à Sidi Tehra qu'il était convoqué le vendredi 31 mai devant le tribunal de première instance d'Abidjan-Plateau. Il estime avoir été diffamé par Tehra dans un article publié dans l'édition N°119 du lundi 6 au dimanche 12 mai 2019 du journal « l'Essor ivoirien ».

Soro demande au juge de condamner Tehra à 3 ans d'emprisonnement ferme et à 500.000F d'amende.

Il demande aussi au juge de condamner Tehra à lui payer un franc symbolique comme dommage et intérêt. En soutien à sa demande, il invoque l'article 90 de la loi N°2017-867 du 17 décembre 2017 et l'article 173 du code pénal ».

Face à cette situation le Synappci tout en reconnaissant à Soro, le droit de contester la véracité des informations contenues dans l'article incriminé, désapprouve fortement le choix de Soro de saisir le tribunal correctionnel.

Au terme de la loi sur la presse, l'emprisonnement et même la garde à vue sont interdits pour les délits commis par voie de presse. Soro par son action veut remettre en cause la loi de non emprisonnement des journalistes.

Le Synappci voudrait demander avec insistance à Soro de retirer sa plainte, et de saisir les autorités de régulation et d'autorégulation compétente en la matière entre autres l'Autorité nationale de la presse(ANP) ».

Sidi Tehra, Directeur de publication de l'Essor ivoirien a dit : « Nulle part, je n'ai indexé Soro d'être détenteur des armes ou distributeur d'armes dans le Grand Nord, C'est juste un point d'interrogation qui a été posé à la une. Et dans le corps de l'article, je me suis interrogé à plusieurs reprises au sujet de ses visites nocturnes .

J'ai été avec Soro à Bouaké pendant 5 ans. C'est juste pour attirer l'attention des gens parce qu'on ne veut plus plonger dans une autre crise en Côte d'Ivoire ».

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

A La Une: Cote d'Ivoire

Plus de: L'Intelligent d'Abidjan

à lire

AllAfrica publie environ 600 articles par jour provenant de plus de 150 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.