Ile Maurice: Mort d'un nourrisson - La mère témoigne en cour

Comment est-ce que son bébé a eu le crâne fracturé ? C'est pour donner les détails de l'incident qui a coûté la vie à son enfant de huit mois que Marie Natacha Winnie Mootoo a été appelée à la barre pour déposer devant la magistrate Adeela Hamuth ce lundi 20 mai. C'était dans le cadre du procès intenté à son concubin Thesy Steven Robetson. Ce dernier fait face à une accusation de de coups et blessures ayant entrainé la mort.

«Le 23 décembre 2015, j'étais sortie pour aller acheter du lait à la boutique, et j'ai laissé mon bébé seul avec mon concubin» a raconté cette habitante de Roche-Bois. A son retour, elle a constaté que l'enfant pleurait et portait une bosse à la tête. Elle a précisé qu'à aucun moment, son concubin ne lui a pas dit comment le bébé s'est blessée. «Mon bébé mangeait et réagissait normalement, donc je me suis dit qu'elle n'a rien eu de grave. C'est pour cela que je ne l'ai pas emmené à l'hôpital tout de suite» a dit Marie Natacha Winnie Mootoo.

Ce n'est que le lendemain, sur les conseils de sa belle-sœur qu'elle décide d'emmener le bébé voir un médecin. C'est à ce moment que la maman apprend que non seulement son enfant a une fracture du crâne et du pied, mais portait aussi des brûlures sur son estomac. Le petit est décédé deux jours après.

Thesy Steven Robetson a été arrêté par la suite car la police soupçonne un acte d'agression délibéré. Il avait plaidé non coupable. Quant à Marie Natacha Winnie Mootoo, elle sera contre-interrogée par la défense le 10 juin prochain.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: L'Express

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.