Maroc: Volonté du Maroc d'accompagner ses startups et de promouvoir la coopération Sud-Sud

Paris plaide pour un partenariat win-win avec le Royaume

Le ministre de l'Industrie, de l'Investissement, du Commerce et de l'Economie numérique, Moulay Hafid El Alamy, a exprimé la « forte « volonté du Maroc d'accompagner les startups maro                                                  caines et de promouvoir une coopération Sud-Sud en matière d'innovation.

«L'écosystème digital marocain s'est mis en place conformément aux hautes instructions de SM le Roi avec une volonté forte du Maroc d'accompagner les startups marocaines qui ont prouvé qu'elles n'ont rien à envier aux grandes startups internationales en termes d'innovation», a indiqué le ministre à l'occasion de la tenue, du 16 au 18 mai courant à Paris, de la 4ème édition du Salon VivaTech.

«Nous allons faire en sorte que notre jeunesse qui s'intéresse à l'innovation et au digital soit accompagnée fortement et qu'elle ait des possibilités et des options y compris l'internationalisation de leur startup», a déclaré le ministre, lors d'un Slide Events, vendredi soir, sur « Maroc Digital : les startups du futur», en présence de l'ambassadeur du Maroc en France Chakib Benmoussa, du directeur de l'Agence du développement du digital (ADD), Mohamed Drissi Melyani, et d'une forte assistance composée de startuppeurs du Maroc et de la diaspora.

Le ministre a pu constater, lors de ces échanges au pavillon du Royaume à VivaTech, que «certaines startups marocaines sont franchement au niveau des grandes startups internationales en termes d'innovation et de nouveauté et dans des marchés et des créneaux extrêmement porteurs », exprimant « la ferme intention» de son département d'accompagner, conformément à la volonté de SM le Roi, «fortement les startups marocaines et au-delà africaines».

«Le Maroc étant un pays africain, cette coopération Sud-Sud est importante pour le Royaume qui œuvre à une co-émergence de l'ensemble du continent», a affirmé le ministre qui a indiqué que de nombreux startuppeurs africains participent à des manifestations comme VivaTech.

« Nous allons les accompagner à l'avenir parce que notre continent mérite de faire connaître son savoir-faire et les capacités de sa jeunesse», a dit le ministre.

S'agissant de la participation du Maroc à VivaTech, Moulay Hafid El Alamy s'est félicité que le Salon a pris cette année « de la teneur et est monté en gamme ». « Les startups marocaines, elles aussi, ont été à la hauteur, à la fois en nombre et en qualité «.

Il s'est également réjoui du succès du pavillon marocain qui a été « envahi par un certain nombre de partenaires qui voulaient savoir beaucoup plus sur le Maroc et sur le digital au Maroc et comment cela se passe».

A signaler, par ailleurs, que le secrétaire d'Etat français au Numérique, Cédric O a plaidé pour un partenariat win-win entre la France et le Maroc en matière d'innovation et des nouvelles technologies.

«Aujourd'hui, dans la Tech, les Français peuvent compter beaucoup sur les talents marocains, mais il faut que cela se fasse de façon win-win », a affirmé le ministre français dans une déclaration à la MAP.

Le ministre qui a visité, vendredi le pavillon marocain au Salon VivaTech à Paris, où il a eu des entretiens avec le ministre de l'Industrie, de l'Investissement, du Commerce et de l'Economie numérique, Moulay Hafid El Alamy, a expliqué que ce partenariat permettra à la France de compter sur les talents marocains, mais aussi «d'aider les entreprises marocaines à se développer».

« On va travailler à cela», a affirmé le ministre français.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: Libération

à lire

AllAfrica publie environ 600 articles par jour provenant de plus de 150 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.