Congo-Kinshasa: [Constitution des groupes parlementaires] AN - Le Bureau accorde 48 heures supplémentaires pour la fin de l'opération

Alors que le pays attendait avec impatience la nomination d'un Premier ministre, Jeanine Mabunda Lioko, Présidente de l'Assemblée nationale, était en train de conduire la séance plénière avec l'idée d'avancer rapidement avec les dossiers pressants qui concernent cette grande Institution du pays.

De ce fait, trois points étaient à l'ordre du jour au cours de la séance plénière qui a eu lieu hier, lundi 20 mai 2019. A savoir : l'adoption de l'ordre du jour ; Communication du Bureau sur l'évaluation du processus de constitution des Groupes parlementaires et la validation des pouvoirs des suppléants des Députés nationaux ayant opté pour le mandat de Sénateur ; et la problématique sur l'interpellation du Député national Lambert Mende Omalanga.

A la suite de l'adoption de l'ordre du jour, le numéro 1 des élus du peuple, dans sa communication, s'est-elle penchée sur l'évaluation du processus de constitution des Groupes parlementaires. Dans son élan, elle a tenu à rappeler à l'auguste assemblée, qu'auparavant, les Députés nationaux avaient cinq jours pour se constituer en groupes parlementaires et transmettre les compositions, les statuts et règlements intérieurs des différents groupes, au bureau de l'Assemblée nationale. Hélas ! A l'en croire, cette opération ne s'est pas passée comme aurait voulu le Bureau de l'Assemblée nationale. Consciente des longues tractations, elle a définitivement convié les Députés nationaux qui n'ont pas encore parachevé cette opération, de pouvoir déposer les listes des créations des groupes parlementaires dans le délai de 48 heures, de peur qu'ils se retrouvent comme des non-inscrits.

Ce faisant, elle a appelé l'assemblée plénière à la bonne volonté politique de la part de tous les collègues Députés, afin d'exécuter cette action qui est importantissime pour la composition des commissions, étape à venir. « A l'expiration du premier délai, force a été de constater que sur le terrain, selon le rapport soumis en son temps à votre Bureau, il n'y avait pas d'avancées significatives. C'est ainsi que par son communiqué du 10 mai 2019, votre Bureau était amené a accordé un délai additionnel aux honorables Députés pour pouvoir non seulement se constituer en groupes parlementaires, mais également de déposer les dossiers complets y relatif au Bureau de l'Assemblée nationale au plus tard le 13 mai 2019 », a-t-elle rappelé.

Et ce, avant de renchérir : «A ce jour, votre bureau informe l'auguste assemblée, que l'évaluation du processus de mise en place des groupes parlementaires a connu une évolution satisfaisante ». Et par ricochet, cette évolution se présente comme suit : 15 groupes parlementaires ont déposé les listes de leurs membres. De ces 15 groupes, 10 ont déposé les listes de leurs membres en conformité avec le Règlement Intérieur. Ceci représente 391 Députés. Pour rappel, 4 groupes parlementaires avaient déposé au Bureau les listes de leurs membres sans respecter certaines dispositions de l'alinéa 3 de l'article 54. Dans tous les cas, il y a 86 Députés, hormis les 23 autres élus non encore affiliés à un groupe parlementaire. Ils en résultent que 109 Députés ne font pas partie des groupes parlementaires régulièrement constitués. De ce fait, ils pourraient être considérés comme des non-inscrits.

C'est pourquoi, le Bureau a jugé bon d'accorder 48 heures supplémentaires pour parfaire cette opération. Les représentants du peuple non encore affiliés à un groupe parlementaire, doivent eux aussi se déterminer. En guise de rappel, chaque commission doit comporter au maximum 25 membres conformément au Règlement Intérieur.

A la rescousse de Mende

Concernant la seconde affaire, celle concernant l'Honorable Mende, interpellé dimanche 19 mai dernier par les éléments de la police nationale, ce Député national a été valablement soutenu par le numéro Un des Députés nationaux. Jeanine Mabunda s'était impliquée personnellement pour la libération de son collègue, a-t-elle fait savoir lors de la plénière. Selon ses propos, elle a notifié que les immunités parlementaires ne peuvent-être mises en danger en aucun cas en RD Congo dans cette nouvelle ère du changement comme stipule la Constitution. A ce sujet, le Vpm ministre en charge de l'intérieur et sécurité, Basile Olongo, a été invité par le Bureau de Mabunda tôt dans la journée, pour faire la lumière à ce sujet d'interpellation qui, en outre, a fait couler encre et salive.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

A La Une: Congo-Kinshasa

Plus de: La Prospérité

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.