21 Mai 2019

Cameroun: Défilé civil - Les étudiants au pas

Douze carrés consacrés à l'enseignement supérieur pour démontrer chacun sa particularité hier au Boulevard du 20 mai à Yaoundé.

La diversité, ils l'ont bien brandie le 20 mai 2019 lors de la parade au Boulevard. A travers la fanfare, les majorettes, et même les défilants. Des tenues variées aussi. Tout cela pour exprimer leur identité les uns par rapport aux autres, et la beauté dans l'harmonie qu'elle reflète. Hier, les étudiants se sont montrés particulièrement rangés au Boulevard du 20 mai. Durant 15 minutes de passage, ils ont montré sérieux et responsabilité devant le président de la République et les personnalités venues prendre part à cette manifestation de la fête de l'Unité.

Sérieux dans leur tenue et le jeu de fanfare. Mais aussi sérieux à travers les messages, en français et en anglais, brandis sur des banderoles pendant leur passage. « Higher Education : a powerful driving force for economic, social and technological development »; « Pour la modernisation des techniques culturales de production et de transformation de nos productions agricoles »; « Les barrages hydroélectriques: atouts pour la mise en œuvre du programme des grandes opportunités ».

Des messages portés par des étudiants, sans distinction d'établissements le plus souvent. En ouvrant le passage du supérieur, l'Institut national de la Jeunesse et des Sports (Injs), avec Ses dames à la fanfare, ses majorettes au spectacle original, était accompagné de l'Ecole nationale supérieure des Travaux publics. Dans le bloc suivant, l'Université de Yaoundé I s'est retrouvée avec l'Ecole nationale supérieure des Postes et Télécommunications (Sup'Tic). Autre attitude remarquable, les étudiants vivant avec un handicap moteur en tête de file de l'Université de Yaoundé II.

C'est d'ailleurs le seul établissement qui va en insérer dans ses rangs. Les deux derniers blocs étaient constitués des instituts privés d'enseignement supérieur. Avec entre autres, l'Institut africain d'informatique, l'Ecole supérieure de commerce et de management, ainsi que l'Institut Siantou et l'Institut supérieur des Sciences, Arts et Métiers pour clôturer.

Cameroun

Crime d'état, Ferdinand Ngoh Ngoh et la France sacrifient les soldats du 10 juin

J'accuse Monsieur Ngoh Ngoh Ferdinand d'avoir assassiné les 17 soldats qu'on dit avoir été abattus… Plus »

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Copyright © 2019 Cameroon Tribune. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.