21 Mai 2019

Guinée: L'arnaque 2.0 - La nouvelle façon d'opérer des malfaiteurs

Bien de malfaiteurs, de nos jours passent par des opérateurs de téléphonie pour commettre leur forfait. C'est devenu e l'arnaque 2.0 et tous les subterfuges sont utilisés pour extorquer de l'argent aux citoyens naïfs ou peu attentifs.

Enregistré alors qu'il tentait d'arnaquer un citoyen, cet homme se faisant passer pour un devin déroule sa science en ces termes :

« ... Alors mon fils, j'ai vu un mauvais travail derrière vous, vous comprenez, il y a quelqu'un nuit et jour qui travaille derrière toi et il est dans ta famille, il ne veut pas de ton bonheur... »

Un autre arnaqueur fait semblant d'avoir par inadvertance déposé de l'argent dans un tiers compte et exige une restitution :

«C'est monsieur Bangaly Camara, je suis de Kankan, je me suis trompé et ai envoyé 1220.000, vérifiez là bas pour nous, pour l'amour de Dieu... »

Pour ce cas, l'interlocuteur donne un faux espoir à l'arnaqueur en annonçant qu'il lui restitue l'argent en totalité et sans la commission dont l'arnaqueur feignait de faire à "sa victime", content, il dicte même un code à suivre pour le retour de son "argent", notamment étoile, un, dièse suivi du montant et de la validation.

Devant la réponse de l'interlocuteur, loin d'être sot et qui lui a répondu n'être pas souscripteur du service orange money, un autre arnaqueur raccroche sans autre forme de procès tout en injuriant son vis-à-vis.

A noter que les gens qui ont mordu à l'hameçon pour une simple inattention ne se comptent plus et il est temps qu les opérateurs de téléphonie développe des services d'annulation d'une transaction financière en cas d'arnaque pour donner une chance aux victimes d'échapper aux griffes de leurs agresseurs.

Guinée

Des expulsions forcées draconiennes

Le gouvernement guinéen a rasé des milliers de maisons dans la capitale du pays, Conakry, laissant les… Plus »

Copyright © 2019 Aminata.com. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.