21 Mai 2019

Congo-Kinshasa: Afrobytes et Vivatech - La RDC dignement représentée à Paris

Au cours de ces deux événements de référence dans le domaine de la technologie, quelques startups et des acteurs du numérique de l'écosystème de la RDC ont présenté les différents produits et services innovants qu'ils ont développés.

Le 15 mai à Paris en France, la délégation congolaise, composée principalement de startups, a pris part à à la quatrième édition d'Afrobytes qui s'est déroulée à la Station F et qui met notamment en relation les acteurs de la Tech africaine et les autres écosystèmes Tech internationaux. A cette occasion, dans une activité intitulée « Pitch my country », Ruddy Mukwamu, co-fondateur et CEO de « Maxi Cash » (Finances), Bonny Maya, fondateur de « Tinda » (Livraison), Jean-Claude Tshipama, CEO broadband Africa chez Eutelsat, Anthony Omenya, fondateur et CEO de « Moko » (Musique) ainsi que Noël Tshiani, fondateur de Congo business club, ont présenté les opportunités d'investissement en RDC dans le domaine de la technologie, tout en décrivant le travail réalisé par les entrepreneur technologiques sur place en RDC.

En 4 ans d'existence, Afrobytes a permis à de nombreuses startups de nouer des relations uniques avec des investisseurs, des institutionnels et des grands groupes. Afrobytes se donne pour mission de connecter le meilleur de la tech africaine avec le meilleur de la tech mondiale, via notamment des événements technologiques internationaux.

Vivatech, salon de l'innovation

Les 16, 17 et 18 mai, les acteurs du numérique de la RDC ont constitué la vitrine de l'écosystème d'innovation du pays auprès de plus de cent mille participants qui ont pris part à Vivatech Paris, le rendez-vous mondial des startups et des leaders pour célébrer l'innovation et où plusieurs pays ont été représentés. Pour Baya Ciamala, fondateur de « Baziks », la première plate-forme de streaming musical en RDC, l'importance pour les startups congolaises de participer aux événements comme Vivatech est de se retrouver dans un univers dédié à l'innovation, où il est possible de rencontrer d'éventuels partenaires, des investisseurs et des développeurs de projets afin de créer des synergies. « Mais le plus important est que l'on véhicule une autre image du pays qui n'existait pas il y a trois ans. On est en train de donner de la visibilité à la RDC technologique, à la RDC de l'innovation et à la RDC des startups », a fait savoir le fondateur de Baziks, qui a l'ambition de se déployer sur l'ensemble de l'Afrique subsaharienne notamment dans les pays francophones et en France qui, a-t-il fait savoir, est la plaque tournante de l'industrie musicale francophone. « Nous avons ainsi l'ambition de nous implanter à Paris pour accompagner les artistes ainsi que l'industrie musicale congolaise et africaine. Notre ambition est de trouver des partenaires, des investisseurs, de nous implanter partout pour que, d'ici les trois prochaines années, nous puissions atteindre nos 10 millions d'euros en termes de chiffre d'affaires pour l'ensemble de nos activités »,a déclaré Baya Ciamala.

Pour sa part, Philippe Kabeya. fondateur du Lumumba Lab à Kinshasa , qui s'est également confié au Courrier de Kinshasa, un événement comme Vivatech permet à un pays de briller et à un écosystème, comme celui de la RDC de se faire voir. « Nous n'avions jamais existé ainsi en tant que pays. Pour une fois, nous sommes à l'étranger avec les membres de l'écosystème des startups de la RDC venus de Kinshasa, de Lubumbashi, de Goma ou encore de l'Afrique du Sud pour montrer le travail que nous réalisons dans le domaine du numérique. C'est la plus grande des réussites. C'est aussi l'occasion de se préparer pour d'autres événements de ce type à l'étranger et en RDC, car on peut également ramener toutes ces personnes en RDC », a fait savoir Philippe Kabeya, tout en précisant que le point positif de la présence de la RDC à Vivatech a été aussi lié à l'implication des autorités publiques.

Pour sa part, Ruddy Mukwamu, co-fondateur et CEO de Maxicash, a estimé que Vivatech a permis à la délégation congolaise de se faire une idée de l'Afrique en termes de numérique et de la tech, ainsi que du travail effectué dans les autres pays. « L'Afrique en général a souvent les mêmes problèmes. Nous essayons de voir comment les autres pays ont pu régler leurs problèmes via l'utilisation de la technologie », a-t-il fait savoir.

Congo-Kinshasa

Ituri - Plus de 160 nouveaux corps sans vie découverts dans les localités de Djugu

La situation sécuritaire dans la province de l'Ituri demeure très préoccupante. La population ne… Plus »

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Copyright © 2019 Les Dépêches de Brazzaville. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.