Afrique: ACP-UE - Les négociateurs en chef concluent avec succès une série de consultations régionales

À Mbabane en Eswatini, Neven Mimica et Robert Dussey ont rencontré les ministres africains pour discuter du pilier africain du futur partenariat entre l'Union européenne (UE) et 79 pays d'Afrique, des Caraïbes et du Pacifique (ACP).

L'objectif était de discuter des besoins et priorités spécifiques de la région, tout en cherchant la meilleure manière de les aborder dans le futur accord ACP-UE. La discussion a permis d'alimenter et d'enrichir le pilier Afrique sur mesure qui sera créé dans le futur accord ACP-UE, également appelé accord "post-Cotonou". Le commissaire chargé de la coopération internationale et du développement et négociateur en chef pour l'UE, Neven Mimica, a déclaré : " La réunion de ce jour a posé une base et des orientations politiques solides pour le renforcement des relations entre l'UE et l'Afrique dans le cadre de notre futur accord. Nous pensons que la stimulation de la croissance économique, dans le but d'améliorer les conditions de vie de la population et de réduire la pauvreté, devrait occuper une place de premier plan dans nos travaux. Parmi les autres priorités figurent la promotion des principes démocratiques, ainsi que la protection de nos citoyens et de notre environnement." Le chef de la diplomatie togolaise, Robert Dussey, négociateur en chef des pays ACP et président du groupe central de négociation ministériel, a déclaré : "La consultation pour la région africaine, tout juste terminée, vient compléter les résultats des consultations pour les Caraïbes et le Pacifique, qui nous ont aidés à mieux comprendre les priorités des régions ACP. Ce dernier point revêt une importance cruciale dans le contexte des négociations actuelles sur un nouvel accord de partenariat ACP-UE. Nous continuons de privilégier les travaux menés avec nos partenaires de l'UE pour répondre aux priorités des trois régions".

Pour le ministre swazi des affaires étrangères et de la coopération, Thuli Dladla , " en tant que chef de file des négociations du protocole "Afrique" et hôte des consultations qui viennent de s'achever, le Royaume d'Eswatini est honoré et fier d'avoir facilité l'expression des priorités stratégiques de l'Afrique, ce qui a créé les conditions requises pour un réel engagement à parvenir à un accord mutuellement avantageux avec l'Union européenne". L'accord de Cotonou régissant actuellement les relations entre l'UE et les pays ACP arrivera à échéance en 2020. Les négociations en vue d'un nouveau partenariat entre les pays ACP et l'UE ont été lancées à New York le 28 septembre 2018, en marge de l'Assemblée générale des Nations unies. Les deux premières séries de négociations ont principalement porté sur le socle commun au niveau UE-ACP. Ce socle regroupe les valeurs et les principes autour desquels se rassemblent l'UE et les pays ACP. Il indique également les domaines stratégiques prioritaires dans lesquels les deux parties ont l'intention de travailler ensemble à titre prospectif. La structure envisagée pour le futur accord comprend un socle commun et des piliers régionaux spécifiques et axés sur des actions, le but étant de se concentrer sur les besoins de chaque région. Le premier cycle de consultations concernant les piliers régionaux est à présent terminé.

L'UE et les pays ACP chercheront, dans le cadre du futur partenariat, à renforcer leur coopération politique sur la scène internationale. Ensemble, ils représentent plus de la moitié de l'ensemble des pays membres des Nations unies et plus de 1,5 milliard d'individus.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: Les Dépêches de Brazzaville

à lire

AllAfrica publie environ 600 articles par jour provenant de plus de 150 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.