Congo-Kinshasa: Obsèques d'Étienne Tshisekedi - Une vingtaine des chefs d'État attendus

Photo: laprosperiteonline
Etienne Tshisekedi

Le rapatriement de la dépouille de celui qu'on considère comme le père de la démocratie congolaise est prévu pour le jeudi 30 mai.

Après plus d'une année passée dans un funérarium en Belgique, la dépouille mortelle de feu Étienne Tshisekedi (décédé le 1er février 2017) est en passe d'être rapatriée en RDC. Une date est même déjà avancée pour l'arrivée du corps à Kinshasa, à savoir le 30 mai. À la présidence de la République, on s'active, d'ores et déjà, dans l'organisation de ces funérailles qui, selon certaines indiscrétions, pourront durer trois jours. Des invitations sont en train d'être lancées aux chefs d'Etat étrangers dont une vingtaine est attendue à Kinshasa pour honorer la mémoire du père de la démocratie congolaise.

Pour l'heure, rien n'est encore ficelé de façon officielle alors que les préparatifs vont bon train. « C'est mieux d'attendre l'annonce officielle. C'est la présidence de la République qui va le faire. La date de l'arrivée du corps c'est le 30 mai. Mais pour le reste des précisions, il faut attendre l'annonce de la Présidence », s'est contenté de dire Mgr Gérard Mulumba, le frère cadet du défunt Étienne Tshisekedi à qui la presse tenait à lui tirer le vers du nez. Une fuite de la présidence renseigne que la cérémonie d'inhumation interviendra, quant à elle, le 1er juin prochain. Elle sera précédée par l'exposition du corps, la veille, au stade des martyrs de Kinshasa.

Entre-temps, les travaux de construction du caveau érigé dans la périphérie est de Kinshasa où est installé le mausolée évoluent plutôt bien. La veuve Marthe Tshisekedi se trouve toujours à Bruxelles car, d'après la coutume, elle ne peut pas se déplacer tant que son défunt mari n'est pas enterré, renseigne une source au sein de la famille.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: Les Dépêches de Brazzaville

à lire

AllAfrica publie environ 600 articles par jour provenant de plus de 150 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.