21 Mai 2019

Malawi: Après le cyclone "Idai", des élections au pays

Photo: Roy Nkosi/ Mana
Citoyens votant

Le cyclone "Idai" et l'aide aux populations se sont donc invités dans la campagne pour les élections générales qui ont lieu ce mardi. Le président sortant, défend son bilan en insistant sur l'emploi pour les jeunes.

Il y a environ deux mois, le cyclone «Idai» a dévasté le Malawi. Des maisons et des terres agricoles ont été détruites, des dizaines de milliers d'habitants ont dû quitter leurs maisons.

Les 6,8 millions d'électeurs malawites doivent élire le même jour leur président, leurs députés et leurs conseillers locaux. Et ce mardi, les questions liées à la sécurité alimentaire et aux infrastructures joueront un grand rôle dans leurs choix.

Crise économique qui perdure

La situation économique difficile a été au menu de la campagne. Dans le pays, les commerçants arrivent difficilement à écouler leurs produits parce que la plupart des clients n'ont pas suffisamment de revenus pour les acheter.

C'est le cas de Khadija Khiva, 24 ans. Elle vend des bouteilles d'eau pour l'équivalent de six centimes la pièce.

"La situation des jeunes n'est pas bonne. Nous sommes nombreux à aller à l'école. Nous avons des diplômes qui nous permettraient de travailler. Mais nous restons simplement à la maison car il n'y a ni travail ni entreprise pour nous. "

La question de l'emploi : c'est sur ce thème que le président sortant, Peter Mutharika, 78 ans ce mardi, sera jugé.

Il joue sa carrière politique lors de cette présidentielle à l'issue incertaine, où il affrontera le chef de l'opposition et deux membres de son propre gouvernement.

"Il n'y a pas de travail et ils veulent du travail. Et c'est ce que nous sommes en train de résoudre. Mais ça prend du temps et ce n'est pas un problème à régler du jour au lendemain. Je réalise certaines idées et je sais de quoi le pays a besoin. C'est quitter la pauvreté pour la prospérité. Et c'est ce que je fais et ferai les cinq prochaines années", a estimé le président sortant Peter Mutharika.

Son principal challenger est l'ancien pasteur évangéliste Lazarus Chakwera qui dirige le principal parti d'opposition, le Parti du congrès du Malawi (MCP). Un parti qui était au pouvoir de 1964 à 1994 à l'époque de Hastings Banda.

L'opposition tente d'insuffler du sang neuf

A 64 ans, Lazarus Chakwera a tenté d'insuffler du sang neuf au sein du parti en se démarquer de Banda. Et le thème central de sa campagne est aussi centré sur la jeunesse. Plus de la moitié des électeurs inscrits ont moins de 30 ans.

Et pout Lazarus Chakwera : "les jeunes sont les plus énergiques dans cette élection. Nous avons mobilisé les jeunes comme vous ne pouvez pas le croire. Aucun parti n'a organisé de conférences de jeunes à travers le pays comme nous. Ils nous croient, ils croient en notre message. Et ils croient qu'ils vont prospérer parce que nous avons tellement de choses à leur offrir. "

Le président Peter Mutharika insiste sur le fait qu'il a stabilisé le pays et amélioré les infrastructures.

Mais plus de la moitié de la population du Malawi vit toujours dans la pauvreté - et de nombreux jeunes n'ont pas constaté d'amélioration de leur quotidien.

En savoir plus

Le pays en mode électoral - Les mutations du multipartisme

Ancien protectorat britannique, le Malawi est un petit État agricole de l'Afrique australe classé parmi… Plus »

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: Deutsche Welle

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.