Algérie: "Papicha", portrait de "résistantes" algériennes des années 90

Cannes (France) — L'Algérie des années 90, qui traversait à l'époque une période dite "la décennie sombre", marquée par l'apparition d'un radicalisme religieux, est le théâtre choisi par la réalisatrice Mounia Meddour pour dresser le portrait de jeunes filles "libres", symbole d'une "résistance".

Ce long métrage fiction, en compétition dans la catégorie "un certain regard" au 72e Festival international de cinéma de Cannes (du 14 au 25 mai), met en exergue le refus des femmes algériennes, incarné par Nedjma (Lyna Khoudri), une étudiante qui aspire à devenir styliste.

Nedjma et ses amies, dont Wassila (Shirine Boutella), vivent dans un campus universitaire où elles veulent mener une vie normale de jeunes filles partagées entre les études et les loisirs comme aller mais en cachette en boîte de nuit.

Mais c'était sans compter avec la montée d'un radicalisme naissant avec d'autres femmes qui sèment la terreur dans le campus, imposent le voile intégrale aux filles en inondant d'affiches l'espace universitaire et s'opposent à ce que l'on enseigne dans une autre langue que la leur.

C'est dans cette ambiance de peur et de tiraillement "qui ne vous lâche pas jusqu'à la fin", que Nedjma et sa bande décident d'affronter les interdits après l'assassinat de sa sœur Linda (Meryem Medjkane) en organisant un défilé de mode contre vents et marrés avec des tenues confectionnées avec de l'haik, l'étoffe traditionnelle du pays.

Dans "Papicha" (désignant les jeunes filles d'Alger), un film de plus d'une heure (1h46), la réalisatrice Mounia Meddour magnifie le refus des Algériennes bafouées dans leur dignité et refusant de se soumettre à des lois dictées au nom de la religion musulmane.

Mais, elle peint aussi l'attitude des hommes, artisans de cette violence physique et verbale, envers les femmes dont certains préfèrent s'en aller ailleurs pour fuir cette situation que de faire face à l'image des femmes.

Cette période "sombre" de l'Algérie qui a marqué des cinéastes, comme Yasmine Chouikh avec son film "Jusqu'à la fin des temps", continue d'inspirer encore d'autres dont Mounia Meddour qui relate un peu son histoire personnelle.

Ce premier long métrage fiction de la réalisatrice algérienne concourt avec 17 films dans la sélection "Un certain regard" sur la Croisette, à Cannes.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: APS

à lire

AllAfrica publie environ 600 articles par jour provenant de plus de 150 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.