21 Mai 2019

Ile Maurice: Feeder buses - Les routes partagées entre RHT et UBS

Transporter les passagers en régions intra-‐urbaines jusqu'aux arrêts de métro. C'est ce à quoi serviront les «feeder buses». Décision a été prise d'allouer les routes concernées par la Phase 1 du projet, soit le trajet Rose-‐ Hill-Port-‐Louis, a Rose-‐Hill Transport et United Bus Service.

L'échéance de l'entrée en opération du Metro Express est le 30 septembre. Alors que les travaux s'activent, on pourrait presque oublier l'autre composante essentielle de ce projet: «les feeder buses». Le métro en dépend. Ces autobus auront pour but de transporter les passagers en régions intra-urbaines jusqu'aux arrêts. Quelle stratégie adopter ?

À l'Hôtel du gouvernement, on souligne que les discussions sont arrivées à un stade avancé. La décision a été prise d'allouer toutes les routes qui sont concernées par la Phase 1 du projet (le trajet Rose-Hill - Port- Louis) aux deux principales compagnies d'autobus qui y opèrent, à savoir Rose-Hill Transport (RHT) et United Bus Service (UBS).

«Ce choix s'est fait de façon logique car ces deux opérateurs verront leur nombre de passagers diminuer avec l'arrivée du métro. Ce sont eux qui desservent principalement ces régions et, donc, les feeder routes leur seront attribuées de façon exclusive.» Deux Catchment Areas regroupant chacune un nombre de routes ont été établies, comme recommandé par le consultant, la Singapore Corporation Enterprise.

Celles-ci sont en phase de finalisation au niveau de la National Transport Authority (NTA), avec la collaboration de la Traffic Management and Road Safety Unit (TMRSU). En outre, un comité interministériel, qui devrait se pencher sur l'impact du Metro Express sur l'industrie du transport, a été mis sur pied. Celui-ci, composé de neuf membres, est présidé par le Premier ministre adjoint, Ivan Collendavelloo.

De combien de routes parle-t-on ? «À ce stade, le nombre n'est pas encore bien défini. Il s'agit de routes existantes et d'autres qui seront nouvelles. C'est tout le paysage qui va changer, car le principe de ces autobus est d'aller chercher les gens à proximité de leur lieu de résidence pour les emmener jusqu'aux arrêts de métro. Cela implique que les autobus circuleront dans les moindres ruelles.»

Interrogé, Swaley Ramjane, directeur d'UBS, fait ressortir que des tests ont été effectués avec les experts singapouriens. «Nous avons pris connaissance de la proposition du gouvernement. Mais pour l'heure, nous n'avons rien reçu par écrit. Cependant, nous pensons que nous irons dans cette direction.»

Jusqu'à Albion

D'après le plan du gouvernement, sa compagnie devrait être en mesure de desservir toute la région intra- urbaine de Port-Louis. Et ce, jusqu'à Albion et Petite- Rivière, tout en faisant des escales à la station du métro qui se situe à proximité de l'ancienne usine Bata.

La région de Rose- Hill devrait être attribuée à RHT. Quid de celle-ci ? Le directeur, Sidharth Sharma, souligne que rien «d'officiel» n'a été signé avec le gouvernement. «La proposition qui nous a été faite est quand même intéressante. Il nous faut maintenant voir les fine print.» Les négociations devraient être finalisées d'ici deux semaines. Mais un fait demeure inévitable pour les deux compagnies : l'investissement dans la flotte.

«Les chemins à Maurice sont étroits dans les banlieues. Et il est clair qu'à l'heure actuelle, nous n'avons pas d'autobus adaptés pour desservir ces routes», explique la direction de UBS. Elle soutient pencher pour l'acquisition de plus petits autobus, soit qui font entre 20 et 30 places. «Mais là encore, il nous faut une confirmation de la NTA avant d'aller de l'avant.»

Idem pour RHT, qui aura besoin d'adapter sa flotte. Une fois la proposition finalisée et ratifiée.

Ile Maurice

Non à l'intégration des Chagos dans une circonscription existante !

Quand on réside à l'étranger et qu'on suit l'actualité mauricienne de façon… Plus »

Copyright © 2019 L'Express. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.