Congo-Brazzaville: Bonne gouvernance - Le gouvernement appelé à faire avancer les négociations avec les créanciers commerciaux

Le président de l'Assemblée nationale, Isidore Mvouba, a noté le 20 mai, à l'occasion de la clôture de la deuxième session extraordinaire, la nécessité pour les autorités congolaises de bouger les lignes dans les pourparlers avec les traders.

Après la signature de l'accord sur la restructuration de sa dette envers la Chine, le Congo devrait désormais s'atteler à résoudre la situation avec les autres créanciers. « Le gouvernement doit se pencher à faire avancer ses négociations avec les créanciers commerciaux, en l'occurrence les traders. Il s'agit d'une des conditionnalités dont on ne peut faire l'économie. C'est une voie obligée pour relever le défi », a précisé Isidore Mvouba.

En effet, la deuxième session extraordinaire était consacrée à la ratification de l'accord complémentaire sur la restructuration de la dette du Congo envers la Chine, signé le 29 avril dernier à Pékin. C'est ainsi que le président de l'Assemblée nationale a remercié les députés de l'opposition qui ont voté cet accord stratégique. « Autant que la loi que nous venons de voter est d'une importance cruciale pour conclure avec le FMI un programme soutenu par une facilité élargie de crédit, autant les clauses contraignantes dudit accord devront être respectées avec beaucoup de rigueur », a-t-il rappelé.

Selon lui, il s'agit d'un challenge pour les décideurs surtout pour l'exécutif qui doit s'investir pleinement pour respecter les clauses de l'accord. Concernant les législateurs, Isidore Mvouba les a appelés à exceller dans le rôle de gendarme qui leur incombe. « Le suivi rigoureux des échéances fixées ne pourra se faire que sur la base d'un tableau de bord élaboré avec minutie afin d'éviter des désagréments qui soient de nature à compromettre l'exécution de cet accord. Le député doit veiller sans faille à la mise en œuvre des engagements pris par le gouvernement au nom du peuple congolais pour la sauvegarde des intérêts de notre pays », a-t-il poursuivi, demandant au gouvernement de poursuivre ses efforts d'assainissement des finances publiques.

Ainsi, le contrôle et l'exécution du budget de l'Etat doivent, a-t-il ajouté, s'effectuer de façon orthodoxe et participative, loin des sentiers battus du saupoudrage. Pour ce faire, la qualité de la dépense doit être d'une grande exigence. Il a, de même, souligné la nécessité pour le gouvernement de faire des principes de bonne gouvernance appliqués aux finances publiques son crédo. Il s'agit notamment de l'obligation de rendre compte au parlement et de mettre en œuvre une politique de gestion axée sur les résultats.

Pour lui, les partenaires sociaux devraient œuvrer avec le gouvernement pour un climat social apaisé et utile à la mise en œuvre des différentes recommandations de sortie de crise visant le bien-être de tous. Quant aux personnels administratifs de l'Etat, ils devraient se convertir à la religion des valeurs qui induisent le progrès. Il s'agit, entre autres, de la ponctualité, la probité, l'esprit d'initiative, l'honnêteté, la rigueur, la discipline et l'amour du travail bien fait. Le but étant de lutter contre la corruption et la concussion de façon acharnée.

Notons qu'en vue du contrôle et de l'évaluation de l'action de l'exécutif, l'Assemblée nationale a mis sur pied des instruments de performance visant à améliorer le travail des députés et celui du gouvernement. « Cela exige hardiesse et détermination, motivés que nous devons être par la réussite et le succès qui ne sont qu'au bout du labeur et de l'effort, sur cette route escarpée qui nous conduit à la prochaine session du Conseil d'administration du FMI dont l'échéance hante désormais nos esprits. En effet, le peuple congolais tout entier est suspendu au verdict de cette institution », a conclu Isidore Mvouba.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

A La Une: Congo-Brazzaville

Plus de: Les Dépêches de Brazzaville

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.