21 Mai 2019

Congo-Kinshasa: UDPS - La nomination d'Augustin Kabuya au poste de secrétaire général ne fait pas l'unanimité

Si pour les uns, il faut qu'un directoire se mette en place pour diriger le parti en attendant la tenue d'un nouveau congrès; pour les autres, le leadership actuel est bien dans son rôle et agit conformément aux textes.

Depuis que le président intérimaire de l'Union pour la démocratie et le progrès social (UDPS), Jean-Marc Kabund, a élevé Augustin Kabuya au poste de secrétaire général, la sérénité a quitté les allées du parti présidentiel où sévit actuellement une forte agitation. La nomination d'Augustin Kabuya qui était jusque-là adjoint à Jean Marc Kabund a entrainé une levée de boucliers dans le camp de ceux qui croient avoir de bonnes raisons de contester cette nomination. Et pour cause : un président intérimaire, rapportent-ils, n'a pas le pouvoir de nommer un secrétaire général.

Parmi les contestataires, Jacquemin Shabani et Peter Kazadi - respectivement président de la Commission électorale permanente (CEP) et député provincial. Ces deux cadres du parti considèrent nulle cette nomination qui, selon eux, fâche une disposition des statuts du parti, précisément l'article 26. Celui-ci dispose qu'en cas d'empêchement du président, un directoire chargé de gérer devra être mis en place. La Convention démocratique du parti (CDP) ainsi que la CEP, des organes statutaires reconnus, ont opté pour une présidence collégiale afin de suppléer la carence constatée à la présidence du parti depuis l'élection à la présidence de Félix Tshisekedi, faisant ainsi fi de l'intérim assuré par Jean Marc Kabund.

Ce que refuse d'admettre justement l'intéressé et ses affidés. Ils s'inspirent d'une jurisprudence inspirée de la période où Etienne Tshisekedi était en soins en Europe, une période où des cadres étaient nommés sans tenir compte de cette disposition statutaire. Pour l'heure, il est difficile de concilier les deux camps opposés. Si pour les uns, il faut qu'un directoire se mette en place pour diriger le parti en attendant un nouveau congrès; pour les autres, le leadership actuel de l'UDPS est bien dans son rôle et agit conformément aux textes.

Pour rappel, le président intérimaire de l'UDPS, Kabund-a-Kabund, a pris deux mesures portant nomination d'un directeur de cabinet et d'un secrétaire général. En réaction à la contestation de sa nomination, le nouveau secrétaire général Augustin Kabuya a déclaré ne pas être surpris par ce développement. « Cela a toujours été ainsi même du vivant du sphinx. Depuis le vivant d'Etienne Tshisekedi, tous les secrétaires généraux qu'il avait nommés ont été contestés. Ce n'est pas du nouveau pour moi », s'est-il contenté de dire. Pour les pro-Kabund, il s'agit là « des manœuvres sans fondement des jaloux à la recherche de postes ».

Congo-Kinshasa

Mukanda au centre du procès des assassins présumés d'experts de l'ONU

Lundi 24 juin en République démocratique du Congo, une nouvelle audience a tourné autour du… Plus »

Copyright © 2019 Les Dépêches de Brazzaville. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.