Congo-Kinshasa: La LICOPADEL déplore la détention illégale des femmes, enfants et personnes vulnérables

Sans doute, le respect de la dignité et de la valeur humaine constitue la substance des droits de l'homme dans un pays qui promeut la démocratie. En effet, la Ligue congolaise pour la paix, les droits de l'homme et les élections (LICOPADEL) s'est, décidément, donné le travail d'améliorer les conditions de détention des détenus, prévenus dans l'intérêt de réduire le cas des violations de droits de l'homme et renforcer le bon fonctionnement de l'appareille judiciaire.

Pour se faire, hier, mardi 21 mai 2019, Me Pindu Patrick, Directeur Exécutif de la LICOAPAL, a publié le rapport d'enquête et monitoring sur l'identification et le suivi des dossiers judiciaires non assisté et non suivi, dossiers judiciaires des femmes, des enfants, les personnes vivant avec handicap et la population vulnérable dans les juridictions, les cachots de la police et les prisons de Bulungu, Boma, Masi-Manimba et Tshela. Cette enquête a été faite dans le cadre du programme d'accompagnement et assistance judiciaire de la population vulnérable du milieu rural et péri-urbain, dans la mesure où les femmes et les enfants ainsi que la population vulnérable du milieu rural en incarcération subissent trop de violences basées sur un manque d'accessibilité à leurs dossiers et sont soumis à un régime carcéral trop rigoureux à cause de la non-application des instruments juridiques nationaux, régionaux et internationaux ratifiés par la RDC.

Le choix de ces deux catégories des prisonniers est justifié par la recrudescence des cas d'arrestation et détention illégales de plusieurs femmes et enfants dans ce milieu rural. Car, la situation des femmes, enfants, PVH et autres personnes précitées, préoccupe au plus haut point la LICOAPDEL, du fait que ces personnes subissent de traitement inhumain, dégradant et sont dans la plupart de cas marginalisées voire incapables d'ester en justice afin de se faire rétablir dans leurs droits.

Flache des dossiers

Il sied de souligner qu'un travail de titan a été effectué sous les auspices de Me Sephora Kinkela, Avocate et chargée dudit Programme d'accompagnement et assistance judiciaire de la population vulnérable du milieu rural et péri-urbain. Au fond, 189 cas ont été identifiés. Notamment, 88 dossiers identifiés dans le Kwilu ; 91 dossiers identifiés au Kongo Central ; 29 dossiers suivis et assistés en justice dans le Kwilu ; 33 dossiers suivis et assistés en justice dans la Kongo Central ; 11 personnes dont 6 femmes, 4 enfants et 1 PVH ont été libérés dans le Kwilu ; 9 personnes dont 4 femmes, 3 enfants et 2 PVH ont été libérés dans le Kongo Central.

"Nous avons été reçu par différentes autorités qui n'ont pas tous hésité en un seul instant d'apprécier cette noble tâche dans le but d'assister les personnes vulnérables. En effet, le manque des moyens financiers est parmi les causes identifiées de non-assistance des personnes vulnérables par les assistants sociaux. En plus, les détenus ne sont pas dans les bonnes conditions de détention. Ils ne sont pas assurés des soins médicaux adéquats", a souligné Me Sephora Kinkela.

En effet, le rapport précise que les conditions de détentions sont lamentablement précaires, au point d'incarcérer les enfants dans les mêmes cellules. Dommage, indique Me Sephora Kinkela, ces enfants sont entraînés à fumer du chanvre et autres drogues nocifs.

En résumé, il a été indiqué dans ce rapport que les détenus manquent d'accès aux soins de santé, à la nourriture, des lits et des mousses, les hommes et les femmes sont dans les mêmes cellules...

Il convient de préciser que ce programme a un impact particulier dans la mesure où les personnes vulnérables bénéficient des services des avocats sans payer les honoraires dus aux avocats.

Voilà pourquoi, il a été demandé au Gouvernement de la République d'accompagner le programme de la LICOAPDEL afin de redorer l'image de l'appareil judiciaire combien terni par des actes barbares commis parfois par les instances judiciaires par manque de non-maîtrise des instruments juridiques.

Enfin, ledit rapport a été réalisé avec l'appui financier des ONG internationale National Endowment for democracy (NED) et World mouvement for democracy.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: La Prospérité

à lire

AllAfrica publie environ 600 articles par jour provenant de plus de 150 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.