Burkina Faso: Traitement des marchandises - L'administration douanière préconise «les décisions anticipées»

L'objectif principal de cette étude était de mesurer le temps nécessaire qui s'écoule entre la date d'entrée des camions transportant les marchandises dans l'enceinte du bureau des douanes de Ouaga Route et celle de la sortie physique du camion transportant lesdites marchandises dudit bureau.

«Cette étude a concerné les opérations de mise à la consommation des marchandises du bureau des douanes de Ouaga Route durant la deuxième moitié du mois de septembre 2018. Elle a inclut toutes les procédures nécessaires au dédouanement des marchandises» a fait savoir le Directeur général des douanes, Adama Sawadogo.

Première du genre réalisée par l'administration des douanes du Burkina en collaboration avec ses partenaires traditionnels de la chaine douane, cette étude qui a duré 11 mois devrait permettre plus spécifiquement d'identifier les goulots d'étranglement dans le processus de dédouanement et de mainlevée des marchandises, de suggérer des mesures correctives visant à réduire le temps nécessaire à la mainlevée des marchandises, entre autres.

«Il ressort à partir des résultats que, le temps moyen nécessaire à la mainlevée des marchandises est de 5 jours 2 heures 5 minutes.

A l'évidence, ce temps moyen, dans un contexte de facilitation des échanges en général et de l'Accord sur la facilitation des échanges (AFE) en particulier, est énorme et il importe que des mesures correctives soient apportées aux procédures» a expliqué le Dg, Adama Sawadogo.

Des décisions anticipées

Elles sont l'une des mesures de la facilitation des échanges instaurées par l'article 3 de l'Accord sur la facilitation des échanges (AFE).

Des explications du Dg des douanes, une décision anticipée s'entend d'une décision écrite communiquée par les services douaniers compétents à un requérant suite à sa demande avant l'importation ou l'exportation d'une marchandise et qui indique le traitement que l'administration douanière accordera à la marchandise au moment de l'importation ou de l'exportation en ce qui concerne son classement tarifaire ou son origine.

«Ce mécanisme a été conçu pour faire face aux coûts élevés des transactions commerciales supportées par les entreprises qui manquent souvent de moyens et de capacités pour répondre à des règles douanières complexes» a précisé M. Sawadogo.

Outre la réduction des coûts de la transaction commerciale, ce mécanisme présente des avantages aussi bien pour la douane que pour la communauté commerciale, foi du DG.

M. Sawadogo a fait savoir que la mise en œuvre des recommandations de cette étude permettra d'accroitre l'efficacité de l'administration et contribuer à faire de la douane du Burkina Faso une administration moderne, équitable et professionnelle à l'horizon 2021.

«La nouvelle cible étant de ramener le temps moyen de la mainlevée à Ouaga Route à 1 jour d'ici 5 ans» a-t-il conclu.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

A La Une: Burkina Faso

Plus de: Fasozine

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.