Afrique: De Foé à Kenneth To, retour sur les cas de mort subite chez les sportifs

Dakar — Du footballeur camerounais Marc Vivien Foé au nageur hongkongais Kenneth To, ils sont nombreux les sportifs morts foudroyés sur des terrains ces dernières années, des accidents dont la récurrence amène à s'interroger sur la problématique du malaise, sans jamais arriver à des réponses définitives.

Foé, qui s'est écroulé en pleine demi-finale de la Coupe des Confédérations 2003, avant de rendre quelques minutes plus tard, est sans doute un cas emblématique de ces sportifs morts de cette manière, dans son cas en mondovision.

De funeste mémoire, la rencontre ayant opposé le Cameroun à la Colombie, le jeudi 26 juin 2003, s'était terminé par la victoire des Lions indomptables, qui ne pouvait imaginer alors le drame qui les attendait au coup de sifflet final.

Sans que supporters, téléspectateurs, amis, coéquipiers ou parents aient vraiment conscience de la gravité de ce qui se passe, Marc Vivien Foé avait déjà rendu l'âme.

Plus de 20 ans auparavant, un peu de la même façon, le cadre mondovision en moins, en 1980, le Français Omar Sahnoun avait rendu l'âme au cours d'une séance d'entraînement en avril 1980 avec les Girondins de Bordeaux. Il avait déjà connu une alerte et arrêté provisoirement le sport en 1977.

Un peu avant la mort de Foé, le 4 janvier 1997, Hédi Berrekhissa, footballeur de l'équipe nationale de la Tunisie, décédait des suites d'un arrêt cardiaque lors d'un match amical contre Lyon au stade Chedly-Zouiten.

L'international hongrois Miklos Feherr s'était lui éteint à 24 ans, le 25 janvier 2004, victime d'une attaque cardiaque en plein match juste après s'être vu infliger un carton jaune par l'arbitre. Transporté à l'hôpital, Feher n'a jamais repris connaissance. Selon l'autopsie, il souffrait d'une malformation cardiaque.

Le 27 octobre 2004, Serginho, footballeur brésilien de Sao Caetano en première division brésilienne, s'effondra à 30 ans sur la pelouse au cours d'un match contre Sao Paulo, avant de rendre l'âme quelques minutes après.

Il y a aussi Hugo Cunha, milieu de terrain du club de football Uniao Leiria (1re division portugaise), décédé à 28 ans le 25 juin 2005, alors qu'il disputait un match avec des amis. victime d'un malaise cardiaque, il était tombé et avait perdu connaissance sur le terrain. Hugo Cunha n'a jamais pu être réanimé.

Le 6 mai 2016, le Camerounais et ex-joueur du Mans, Patrick Ekeng, décède à l'âge de 26 ans, alors qu'il jouait un match du Championnat de Roumanie pour le Dinamo de Bucarest. Il meurt à l'hôpital, à la suite d'un malaise cardiaque survenu sept minutes après son entrée sur la pelouse.

Mais même s'ils semblent les plus touchés, les footballeurs ne sont pas les seuls sportifs à rendre l'âge de cette manière sur les terrains.

En 1992, par exemple, le basketteur américain Reggis Lewis a rendu l'âme des suites d'une crise attaque cardiaque en plein match, au cours d'un entraînement off-season à l'Université de Brandeis, située dans la ville de Waltam, dans le Massachusetts.

Le 3 novembre 2007, Ryan Shay succombe à une crise cardiaque en plein marathon à New York.

Le 21 juillet 2011, Patrick Musimu l'apnéiste rendu célèbre par son record de 209,6 m en No Limit, meurt lors d'un entraînement dans sa piscine. Le rapport médical indique que son décès résulte d'une mort subite.

Le 30 avril 2012, alors qu'il prenait sa douche à la suite d'un entraînement à Flagstaff aux Etats Unis en vue des Jeux Olympiques, le nageur norvégien spécialiste de la brasse, Alexander Dale Oen, est lui aussi victime d'un arrêt cardiaque.

Le 10 novembre 2015, le triathlète français Laurent Vidal, 5ème des Jeux Olympiques de Londres en 2012, a eu un arrêt cardiaque à l'âge de 31 ans pendant son sommeil, alors qu'il avait déjà subi un arrêt cardiaque en entrainement de natation.

Le 18 mars 2019, le nageur hongkongais Kenneth To, médaillé d'argent aux championnats du monde de natation en 2013, est victime d'un malaise cardiaque après une séance d'entraînement en Floride. Il décède le même jour à l'hôpital à l'âge de 26 ans.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: APS

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.