Congo-Kinshasa: Rapatriement dépouille Etienne Tshisekedi - Voici une promesse électorale de tenue

Félix Tshisekedi avait pris l'engagement, sans qu'on sache en quoi cela va impacter le quotidien des Congolais, qu'une fois élu, il rapatrierait le corps d'Etienne Tshisekedi. Ça devrait être bientôt chose faite.

Sa dépouille devrait en effet arriver dans une dizaine de jours à Kinshasa, précisément le 30 mai prochain.

Un hommage populaire lui sera ensuite rendu le lendemain 31 mai au stade des Martyrs avant qu'une cérémonie plus officielle avec une grande messe soit célébrée dans la même enceinte sportive. L'opposant historique sera ensuite inhumé au cimetière de la Nsele.

Des obsèques grandioses donc comme on peut l'imaginer déjà, peut-être plus à la hauteur du fils éploré que du défunt lui-même, puisqu'il interviendra quatre mois seulement après l'accession de Félix Tshisekedi à la magistrature suprême.

Fini donc la polémique indécente autour du cadavre, les divergences sur le lieu de l'enterrement et même la prise en charge de certains frais y relatifs.

Ce qui devait être une simple affaire familiale, nonobstant la stature de celui qu'on avait surnommé le Sphinx de Limite, s'est ainsi transformée en véritable affaire d'Etat au plus fort de la crise qui a secoué la RDC après l'expiration du mandat de Joseph Kabila Kabengue, en décembre 2016.

Le vieil homme avait d'ailleurs, on se rappelle, été choisi comme président du comité national de suivi de l'Accord politique global de décembre 2016 avant de rendre finalement l'âme le 1er février 2017 à Bruxelles où son corps est conservé depuis.

Le père mort, le fils a d'ailleurs lancé une OPA sur son parti, l'UDPS, avant d'être le candidat de la coalition CACH à la présidentielle de décembre 2018.

La suite, on la connaît : il sera élu à l'issue de « compromis à l'africaine » selon l'intrigante formule de Jean-Yves Le Drian, ministre français des Affaires européennes et étrangères.

Le nouveau président forme aujourd'hui un attelage qui pourrait très vite tirer à hue et à dia avec son prédécesseur. Qu'importe, il parviendra au moins à imprimer aux obsèques du papa l'envergure et la solennité qu'il veut.

Voici au moins une promesse électorale qu'il pourra tenir. Et maintenant qu'il est au pouvoir, il aurait même pu décider par le fait du prince d'ériger un mausolée à son père en plein Kin-la-Belle, si l'envie lui en prenait.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: L'Observateur Paalga

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.