22 Mai 2019

Algérie: Discours de Gaïd Salah - Plusieurs partis politiques expriment leur soutien

Alger — Plusieurs partis politiques ont apporté, mardi, leur soutien à la teneur du discours du Général de corps d'armée, Ahmed Gaïd Salah, vice-ministre de la Défense nationale, Chef d'Etat-major de l'Armée nationale populaire (ANP), lequel a appelé à l'accélération de l'installation d'une instance indépendante chargée de l'organisation et la surveillance des élections.

Dans ce cadre, le parti du Rassemblement national démocratique (RND) s'est dit convaincu de la "nécessaire organisation de la Présidentielle afin de sortir de la conjoncture actuelle et entamer une phase de réformes radicales sérieuses".

Le RND a également apporté son soutien à l'appel lancé par le général de corps d'armée, Ahmed Gaïd Salah pour l'accélération de l'installation d'une instance indépendante chargée de l'organisation et la surveillance des élections, et la nécessité, pour les citoyens, de faire montre de vigilance pour mener à bien l'élan populaire et sauvegarder la stabilité du pays et son intégrité territoriale.

Pour sa part, le président du parti Talaie El-Houriyat, Ali Benflis a estimé que l'absence de la date de la tenue de la Présidentielle (le 4 juillet prochain) dans le discours du Général de corps d'armée, Ahmed Gaïd Salah allait en droite ligne avec les revendications du peuple algérien, ajoutant que "les élections ne seront valables qu'avec l'association des parties susceptibles de trouver les outils de gestion des élections, notamment l'instance indépendante".

Aussi, il a plaidé pour l'ouverture d'un dialogue inclusif auquel prendraient part les composantes de la classe politique ainsi que tous les acteurs autour de l'instance indépendante.

Le président du Mouvement populaire algérien (MPA), Amara Ben Younes a dit avoir accueilli "avec satisfaction" la dernière déclaration de M. Gaïd Salah, un discours que M. Ben Younes a qualifié d'"affirmation claire et sans équivoque sur l'engagement de l'institution militaire à sortir de la crise actuelle".

Aussi, le MPA a réitéré son attachement à la solution politique dans la cadre de la Constitution qui permet "d'éviter au pays de graves conséquences hypothéquant son avenir", et ce, ajoute le parti, à travers l'organisation d'une Présidentielle en comptant sur des mécanismes indépendants et transparents car étant "la meilleure solution démocratique pour sortir de la crise et qui permettrait l'installation d'un système politique légitime qui adviendra via des urnes transparentes".

Dans le même contexte, le président du parti Mouvement El Bina, Abdelkader Bengrina, a réitéré le rejet de sa formation politique du vide constitutionnel, réaffirmant à ce propos, l'importance de répondre aux revendications du Hirak, "en recherchant des solutions politiques qui ne sortent pas du cadre constitutionnel".

Il a également précisé que " l'organisation d'une élection transparente et intègre se fera à travers la poursuite de l'accompagnement par l'Armée du Hirak et garantir l'intégrité du scrutin, la mise sur pied d'une commission nationale indépendante chargée de la supervision, de l'organisation et de surveillance de l'élection et de la proclamation des résultats", avec la consécration d'" un véritable dialogue inclusif".

Néanmoins, M. Bengrina a exprimé sa conviction quant au nécessaire report de l'Election du 4 juillet " pour une courte période, sans pour autant tomber dans le vide constitutionnel, et ce, sur la base d'éventuelles jurisprudences constitutionnelles".

De son côté, le président du parti du Rassemblement pour la Culture et la Démocratie (RCD), Mohcine Belabbès estime qu'il est nécessaire de "passer par une période de transition à même de mettre en place des mécanismes, dont l'instance indépendante d'organisation et non de surveillance des scrutins", des mécanismes, a-t-il dit, garantissant des élections réellement transparentes et libres et une alternance démocratique au pouvoir.

Le président du RCD a souligné, dans le même cadre, que le "changement des positions a fait perdre à la Nation beaucoup de temps", ajoutant à ce propos qu' " En réalité personne n'a entravé la solution constitutionnaliste, elle n'est tout simplement pas une solution mais un problème".

Le parti du Front de Libération nationale (FLN) avait réaffirmé, lundi dernier, "son plein soutien à la position nationale et souveraine de l'Armée nationale populaire dans le traitement de la crise politique que traverse le pays et salue la détermination du Commandement de l'armée, sa sagesse, sa clairvoyance et son engagement à accompagner et répondre aux revendications légitimes du peuple dans la paix et la sérénité " ainsi que la préservation des institutions constitutionnelles de l'Etat algérien.

Le parti a affirmé que les solutions susceptibles de trouver des issues sûres à la crise "sont celles puisées de la Constitution et inspirées de l'interprétation de certaines de ses dispositions, étant capables de répondre aux revendications légitimes du peuple et de sortir de la situation que traverse le pays dans des conditions adéquates".

Les propositions conjoncturelles et les initiatives creuses notamment celles qui visent à aboutir à un vide constitutionnel "ne sont pas susceptibles de réaliser les aspirations du peuple", a-t-on indiqué.

Dans le même cadre, le parti Tajamoue Amel El-Jazair (TAJ) qui a salué le discours du Chef d'état-major de l'Armée, "a invité l'ensemble du peuple algérien ainsi que toutes les parties et les forces vives, fidèles à la patrie, à se mobiliser autour de l'institution militaire, exprimant qu'il refuse catégoriquement toute atteinte à l'ANP.

Aussi, TAJ affirme que le travail dans le cadre de la Constitution demeure la meilleure solution pour sortir de la crise politique que traverse le pays et retourner rapidement vers le processus électoral et l'édification des institutions légitimes.

Par ailleurs, le parti a souligné "l'urgence d'aller vers l'ouverture d'un dialogue sérieux et responsable rassembleur de toutes les parties sans exclusion ni distinction aucune, afin d'assurer le climat favorable et les conditions nécessaires à la réussite de la Présidentielle dans les meilleurs délais".

Pour ce faire, le parti a appelé à procéder dans l'immédiat à la constitution et l'installation de l'instance nationale chargée de l'organisation et de la supervision des élections pour garantir l'intégrité, la crédibilité et la légitimité nécessaires à la réalisation des ambitions et des attentes du peuple algérien", a indiqué la même source.

Le Vice-ministre de la Défense nationale, Chef d'état-major de l'Armée nationale populaire (ANP), le Général de corps d'armée, Ahmed Gaïd Salah a appelé, lundi a Ouargla, à l'accélération de l'installation d'une instance indépendante chargée de l'organisation et la surveillance des élections.

La tenue de l'élection présidentielle "permettra d'éviter le piège du vide constitutionnel, et ce qu'il implique comme risques et dérapages aux graves conséquences, d'où la nécessité pour l'ensemble des citoyens algériens, jaloux de la réputation de leur pays, de ses intérêts et de sa place dans le concert des Nations, d'adhérer à cette démarche décisive pour l'avenir du pays".

Algérie

CAN 2019 / Youcef Atal - « On se doit de faire quelque chose en Égypte »

Placée dans les outsiders de la CAN 2019, l'Algérie de Youcef Atal peut même figurer parmi les… Plus »

Copyright © 2019 Algerie Presse Service. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.